vendredi 23 février 2018
Accueil | Politique | Association «Mali Koura Sin Sin BERE » : Que d’ambitions à la fois légitimes et chimériques !

Association «Mali Koura Sin Sin BERE » : Que d’ambitions à la fois légitimes et chimériques !

L’association Mali « Koura Sin Sin BERE », sous l’égide de son Président El Hadji Lancine Diabaté ont procédé, au Centre islamique de Hamdallaye, au lancement de ses activités au titre de l’année 2018. En présence d’une forte mobilisation des femmes et des hommes, le Président a voulu que leur association soit une affaire collective et individuelle en dépassant le cadre partisan; bref, une cause nationale.

C’est en proposant des pistes d’une gouvernance en fonction de nos moyens et non une gouvernance de nos rêves, que le Président de l’association Mali « Koura Sin Sin BERE » a décliné sa vision et son ambition pour notre pays. Ceci signifie, selon lui, repenser l’Etat pour qu’il soit protecteur et que ses frais de fonctionnement ne soient pas un frein à l’épanouissement de l’économie nationale. «Nous voulons que quiconque exerce une parcelle de pouvoir soit intégralement redevable. Une économie émergente et compétitive tournée vers la satisfaction des besoins élémentaires des citoyens ; une économie créatrice d’emplois pour les jeunes… ».
Pour l’association Mali « Koura Sin Sin BERE », il faut que les efforts soient orientés pour mettre l’administration scolaire dans les meilleures conditions de travail. L’objectif est d’atteindre un taux d’alphabétisation d’au moins 90% en 5 ans. Pour y parvenir, l’association propose l’Instauration des normes pédagogiques, la discipline et l’exemplarité dans les structures d’éducation et de formation, y compris les Medersa et centres d’alphabétisation. Le respect des normes ou ratios élèves/maître par l’augmentation des infrastructures, mobiliers et équipements scolaires. L’association plaide pour la transformation de toutes les écoles communautaires et les structures informelles d’éducation et de formation communautaire en écoles et structures publiques d’éducation et de formation ; … et la création d’universités dans les capitales régionales.
Dans le domaine de l’hydraulique et de l’environnement, l’association «Mali Kura Sin Sin Béré», mise sur la Gestion Intégré des Ressources en eau, de la faune et de la flore. Assurant une gestion à responsabilités partagées et judicieuses du foncier ; elle plaide à ce que le pays soit doté des infrastructures ferroviaires, routières, aéroportuaires, fluviales et collectives densifiées, connectées, modernes et facteurs d’intégration ; Augmentant le potentiel Agricole en atteignant les 900.000 hectares d’aménagement et d’irrigation, en modernisant l’outil, l’appareil et le mécanisme d’encadrement et d’appui technique et financier en créant la notion de plus-value concernant tous les produits agro sylvo-pastoraux; augmentant le taux d’industrialisation, y compris dans les mines, par l’aménagement des Zones Industrielles Prioritaires (AZIP) et la fourniture d’énergie stable, forte et compétitive ; assurant l’effectivité du Partenariat Public-Privé (PPP) entre l’Etat, les Collectivités Territoriales, le secteur privé et industriel ainsi que le système bancaire et de micro finances.
S’il y a de domaines où le Mali doit s’illustrer, c’est bien dans le celui du tourisme, des arts, de la culture et des sports. Il faudra faire en sorte que l’industrie culturelle, le tourisme et les arts soient formalisées, professionnalisés contribuant à hauteur de 10% au PIB et créant des emplois directs et décents. Quant au sport, il sera institué un Code éthique et d’excellence dans les disciplines phares comme le football et le basket Ball. La formation des athlètes et sportifs sera soutenue et professionnalisée. En vue de favoriser la cohésion sociale et le vivre ensemble, Mali Kura Sin Sin Béré va s’investir pour lutter contre les activités sectaristes et communautaristes et favoriser le brassage et l’intégration socio culturelle. Ce qui permettra à la jeunesse malienne d’être au cœur des activités de développement du pays. Pour le renforcement et la professionnalisation du secteur de défense et de sécurité, il s’agira de faire des Forces Armées et de Sécurité, une Armée Républicaine et professionnelle à hauteur de des espoirs.
Au plan diplomatique, le Mali a besoin d’une politique étrangère, proactive, prospective, tournée vers la promotion du modèle malien et favorisant le panafricanisme et l’intégration régionale, sous-régionale et africaine.
Aux organisations de la société civile, aux partis politiques, aux notabilités, aux opérateurs économiques, les Responsables de l’association se disent ouverts à la synergie d’actions pour une alternative en faveur d’un Mali émergent.
Mohamed BELLEM lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

PRESIDENTIELLE DE 2018 : Un scrutin indispensable à la stabilité institutionnelle du Mali

Le Premier ministre a annoncé, le dimanche 11 février 2018 à Mopti, que le premier …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *