jeudi 23 novembre 2017
Accueil | Emploi | 200 000 emplois fictifs d’IBK : Les chiffres invérifiables

200 000 emplois fictifs d’IBK : Les chiffres invérifiables

Les membres du collectif Biton ont organisé une conférence de presse le 10 Octobre dernier au siège du mouvement à l’ACI 2000 Bamako. Les thèmes portaient sur les activités du collectif et les perspectives. Elle était animée par le président du collectif M Séga Diarrah, secondé par Abdourahmane Sissoko dit Ken, ancien Secrétaire général de l’Ecole normale supérieure(Ensup).
Les promesses de l’emploi non tenues, la dégradation du système de l’éducation, le manque de volonté des autorités sur l’employabilité des jeunes sont des maux qui minent le Mali d’aujourd’hui. Pour combattre ses pratiques et réclamer leur droit, les jeunes se sont regroupés au sein d’une association communément appelée « collectif Biton ».
Crée il y a deux ans de cela, le collectif Biton a mené des recherches sur le nombre d’emploi crée au Mali de 2013 à nos jours et sur le système éducatif malien. Le collectif a constaté que la situation des jeunes se détériore de jour en jour et ils sont de plus en plus dans la précarité et que le système éducatif est en chute libre. La précarité est en effet devenue l’expérience collective des nouvelles générations.
Le président du collectif Biton Séga Diarrah se porte en faux contre le pourcentage de l’emploi crée entre 2013 à nos jours annoncé par le ministre de l’emploi dernièrement. Selon lui, le collectif trouvent les chiffres de l’emploi crées faux parce qu’ils ne sont pas vérifiables.
Pour les membres du collectif, l’oligarchie politique qui dirige le pays depuis 1991 démolit méthodiquement la nation, la république et n’offre aucune perspective inadaptée.
Le président affirme que l’éducation du Mali est en perte de vitesse et cela est dû aux mauvaises politiques d’éducation. Le dernier rapport de l’UNESCO prouve que notre système éducatif est en décrescendo en 2011 le Mali avait 89/100 de taux de scolarisation contre 79/100 en 2015.
Par ailleurs, le collectif après avoir mené des réflexions sur l’employabilité des jeunes, demande au gouvernement la gratuité des documents administratifs (cassiers judiciaires, certificats de nationalité etc) pour les demandeurs d’emploi, organiser l’état général du chômage des jeunes ; renforcer les liens entre éducation et formation fera certainement favoriser l’accès à des emplois de qualité.
Aux regards de tous ceux-ci le collectif biton lance un appel à la résistance et demande à l’ensemble de la population particulièrement les jeunes à se retrouver au palais de la culture le Samedi prochain à 9h pour l’appel à la resistance.
Boubacar Wagué LA SIRENE

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Multicanal Mali : Les agents souffrent le martyre

Multicanal est une société de fourniture d’images numériques, de vente de décodeurs… Il est dirigé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *