mardi 30 novembre 2021
Accueil | Société | Tripatouillages des résultats de vote : Bamako en ébullition, la belle-famille d’IBK attaquée

Tripatouillages des résultats de vote : Bamako en ébullition, la belle-famille d’IBK attaquée

La capitale malienne, dans certains quartiers des communes II et IV, a été mise en effervescence par des citoyens pour protester contre ce qu’ils appellent de tentatives d’«holdup électoral par détournement des voix des urnes» par le RPM, parti au pouvoir, et ses alliés politiques. Pis, des manifestants malintentionnés sont allés jusqu’à s’attaquer au domicile paternel de la Première Dame du Mali, Mme Kéïta Aminata Maïga, à Quinzambougou. Heureusement, aucune perte en vie n’avait été déplorée. Du moins, au moment où nous mettions sous presse.

 

Des populations de Bamako s’érigent en barrière contre de ce qu’ils qualifient de tentatives de fraudes électorales à l’issue des municipales du dimanche dernier. Cela, à travers des manifestations en commune II et IV du District.

En effet, tout est d’une réunion d’urgence tenue en Commune II, par l’ADEMA/PASJ et ses alliés politiques (URD, FARE AN KA WILI, ADP-Maliba, MPR, Jaama, PARENA, entre autres). L’objet de cette rencontre des partis politiques, réunis dans un collectif très décidé à préserver leur victoire électorale, était de dénoncer, selon eux,   une tentative de «falsification grossière des résultats dans cinq bureaux de vote ». Selon nos sources, la coalition RPM-CODEM à l’Hippodrome envisageait de modifier les résultats de cinq Bureaux de vote. Cela, en s’adjugeant avec 200 voix par bureau au moins.

Vu l’ampleur de la situation, le réunion des partis s’est vite transformée en une conférence de presse au siège communal de l’ADEMA-PASJ.

Selon le collectif, la fraude avait déjà été effectuée avec la complicité de l’administration bamakoise avec la Mme le Gouverneur Ami Kane en tête.

Sans tarder, les partis politiques exigent la démission de celle-ci.

«La centralisation de nos résultats dès 23 heures le jour du vote donnait : 11 conseillers pour l’ADEMA ; 8 pour l’URD; 14 pour le RPM. Ces résultats étaient à la disposition de tous les partis politiques. Certains journaux proches du régime l’ont même écrit dans leurs colonnes.   Mais, malheureusement, les choses ont changé suite à la centralisation des résultats au niveau du Gouvernorat du District de Bamako. Cela, dans cinq centres à l’Hippodrome. C’est là qu’il y a eu lieu une fraude massive…d’au moins de 200 voix par bureau de vote », informe le Secrétaire Général de la section II de l’ADEMA dans le District de Bamako, Sékou Hamed Thiam. D’après lui, c’est « ce qui a ramené un rajout de 1333 voix à l’alliance RMP-CODEM », et, du coup, de leur donner 19 conseillers en lieu et place de 14. C’est ainsi qu’on a diminué les conseillers de l’ADEMA-PASJ à 8 et ceux de l’URD à 6.

Selon Sékou Diakité, l’ex-Ministre du Développement et de la Solidarité, la falsification est grossière. A ses dires, après le comptage des voix, la liste RPM-CODEM arrivait en tête en Commune II avec 78.27voix suivi de l’ADEMA 4290 ; 3056 voix pour l’URD. « Ce résultat est resté tel à la commission de centralisation au niveau du Gouvernorat toute la nuit jusqu’au matin du lundi où cinq récépissés sont apparus à la centralisation concernant cinq bureaux de vote de l’Hippodrome qui sont : 2, 3, 4, 5, et 7. De ce fait, 1333 voix ont été frauduleusement ajoutées à celles du RPM-CODEM », détaille-t-il.

C’est ce qui fait que des jeunes, en colère, se révoltés dans toute la commue II.

La belle-famille d’IBK attaquée

Des révoltes accompagnées des pneus brulés ont été enregistrées au quartier de Quinzambougou, en commune II, où réside la belle famille du Président de la République. Ici, l’Honorable Karim Kéïta, fils du Président IKB et son camarade l’Honorable Hadi Niangadou sont mis en cause des tripatouillages.

La grande famille de la Première Dame Aminata Maïga est attaquée par des manifestants en colère contre la falsification des résultats de Quinzambougou. Située à quelques encablures Commissariat du 3e Arrondissement, les policiers ont vite investi les lieux par des tirs de sommations. Ils sont parvenus à disperser la foule déchainée qui avait déjà commencé à bruler des pneus. Les alentours de la maison de la belle famille d’IBK ont été libérés et le bâtiment sécurisé.

A part la frustration des manifestants par rapport aux résultats des communales, très peu d’informations ont filtré. Seulement, on sait qu’il y a eu un fort tiraillement dans la Commune II entre l’alliance RPM-CODEM et l’ADEMA-PASJ et ses alliés autour de ces résultats. Donc, il y aura assurément des réclamations auprès des autorités compétentes.

Cette attaque visant le domicile familiale de la Première Dame dénote certainement la nervosité des populations contre les proches d’IBK accusé de faire de gestion « patrimoniale » du pouvoir. Même si tel est le cas, rien ne doit justifier cette attaque dans un pays où des voies de recours existent pour réclamer ses droits. Rappelons que, dans cette même Commune II, la liste URD et alliés qui avait   été annulée par le Tribunal a été reconduite par la Cour d’Appel.

Aussi, en Commune IV du District de Bamako, où réside le Président IBK, il y a eu une autre série de manifestations. Là aussi c’était contre une tentative de tripatouillages des réésultats. Ce, en inventant à la dernière minute d’un nouveau système de calcul des résultats en défaveur des candidats du parti YELEMA. Selon un des candidats du parti de Moussa Mara, joint au téléphone, les populations ayant opté pour manifester contre une tentative du parti au pouvoir de s’accaparer de leur victoire étaient devenues, jusqu’au moment de notre bouclage, immaitrisables. Nous y reviendrons !

Oumar Diakité et Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Polygamie : Des femmes  témoignent sur comment elles en ont été informées

  Au Mali, le code de la famille prévoit l’option du régime polygamique pour un …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils