mercredi 8 décembre 2021
Accueil | International | Sommet Afrique-France : La presse nationale tenue à l’écart ?

Sommet Afrique-France : La presse nationale tenue à l’écart ?

L’équipe de la communication du prochain Sommet Afrique-France qui se tiendra au Mali, les 13 et14 janvier prochains, a rencontré la presse, hier mercredi, à la Maison de la presse. Objectif : expliquer le processus d’accréditation des Hommes des médias.

Nous sommes à moins de 10 jours du Sommet Afrique-France qui se tiendra à Bamako, les 13 et 14 janvier 2017. C’est le moment jugé opportun par l’équipe de la communication dudit sommet pour aborder la question de l’accréditation avec la presse nationale. Un exposé d’une dizaine de minutes faite par Djénéba Dem, Présidente de ladite équipe, aura permis de détailler le long et confus processus qui doit aboutir à la délivrance de l’accréditation. Cette présentation censée être projetée n’a pu l’être pour défection du vidéoprojecteur. L’on a donc eu droit à une explication verbale sur un sujet éminemment technique et pertinent. La longueur et la confusion du processus feront dire à certains journalistes de la place qu’il a été « mystifié ». Ils en veulent pour preuve le processus d’accréditation du 23e Sommet Afrique-France et celui de la CENSAD organisés au Mali avec des systèmes plus pratiques et moins contraignants. Le bout de papier distribué à la presse sur le processus d’accréditation n’éclaire pas davantage.

Le timing de la rencontre n’a pas été du goût de nombreux confrères qui ont estimé que cela est fait à dessein pour écarter la presse locale au détriment des « grands médias internationaux ». Même si l’équipe s’en défend et avance des contraintes d’ordre technique et organisationnel pour expliquer ce retard, elle a eu du mal à convaincre de sa bonne foi.   Si le timing de cette « réunion de partage d’informations » a été décrié, l’équipe de la communication prévoit de rencontrer, dans les jours à venir, les organisations faitières de la presse pour leur accompagnement.

Il est attendu au cours de ce sommet, selon Cheick Hamala Diarra, Chef de la Communication au niveau de la commission d’organisation du sommet, 300 journalistes nationaux et internationaux. S’il affirme que quelques 40 demandes accréditations ont été enregistrées, au niveau du pc opérationnel, l’inquiétude sur la capacité de ce pc opérationnel à délivrer les accréditations restantes dans ce laps de temps demeure. Par rapport aux dispositions prises pour le confort du travail des journalistes, il est prévu, selon lui, une salle de presse dotée de l’équipement nécessaire pour permettre aux journalistes de la presse écrite et audiovisuelle de faire convenablement leur travail. Les journalistes représentants des télévisons ont soulevé des inquiétudes sur la collaboration avec l’ORTM qui aura l’exclusivité des images. Ils prétextent que lors de ces grands évènements, l’ORTM fait la part belle aux médias internationaux en laissant en rade les télévisions locales. Les assurances ont été données et par l’équipe de communication et par le Chef de la technique de l’ORTM qu’il n’y aura pas de discrimination à ce niveau.

Malgré les efforts déployés par l’équipe de communication pour convaincre de sa bonne foi à travailler avec la presse locale pour le bon déroulement du sommet, le sentiment dominant à la sortie de la salle était que : tout était fait pour tenir la presse locale à l’écart d’un sommet qui se tient chez elle.

Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

 

COULIBALY

Voir aussi

Flambée des prix des denrées alimentaires: Une réalité qui fait la chronique malgré les efforts de l’État   

    D’IBK à Bah N’Daw et jusqu’à Assimi Goïta, les consommateurs souffrent toujours de …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils