vendredi 25 juin 2021
Accueil | Société | Sécurité à la base : Impliquer les communautés locales pour une paix réussie

Sécurité à la base : Impliquer les communautés locales pour une paix réussie

Après trois jours d’intenses débats déroulés à la Maison de la Presse de Bamako, du 22 au 24 décembre 2016, sur la sécurité communautaire, la Communauté Noire Kel Tamasheq a fait une série de constats amers et de recommandations pertinentes dont la diffusion de la teneur a fait l’objet d’un point de presse, le samedi 11 février 2017.

Animée par ladite communauté, cette rencontre avec les journalistes aura permis à la Communauté des Noirs Kel Tamasheq de demander la restitution de son Statut et d’être consultée désormais pour toute décision concernant la paix au Mali en général et, précisément, au Nord du pays. «Contribution de la communauté noire Kel tamasheq à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation  nationale». C’était le thème d’une conférence de presse animée par la communauté noire Kel tamasheq, déroulée le samedi 11 février dernier, à la Maison de presse de Bamako. La rencontre aura permis d’échanger sur plusieurs questions et de mettre un accent particulier sur l’implication des communautés de base dans Le processus de mise en application de l’Accord de paix et de réconciliation nationale en cours. Parmi ces questions, celle relative à la décision de la Communauté noire Kel Tamasheq de savoir clairement la position de l’Etat malien concernant son Statut. Selon un des Responsables de cette communauté, aucune campagne d’information, de sensibilisation, de participation et d’information n’est porteuse sans l’implication des différentes communautés de base.

«Les communautés à la base sont capables de beaucoup de choses. Ceux qui n’ont pas d’armes ont les moyens ; ils ont l’espace et beaucoup de stratégies dont il faut en tenir compte», dit le Professeur Inamoud Ibny Yattara de la Communauté noire Kel Tamasheq. Et d’ajouter qu’il est important que les communautés à la base puissent participer au processus de retour de la paix au Mali.

Ainsi, face aux nombreux enjeux et en réponse à la pluralité des défis liés à la reconstruction sociale et à la valorisation des acquis communautaires dans le cadre de l’opérationnalisation de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali d’une part  et, de l’autre, concernant la mise en œuvre du secteur de sécurisation du pays, la communauté noire Kel Tamasheq a renouvelé ses recommandations issues de sa rencontre de trois jours (du 22 au 24 décembre 2016), sur la sécurité communautaire. Il s’agit, entre autres, de la mise en place d’un Comité de mise œuvre pour faciliter le travail ensemble et rassembler toutes les communautés du Nord du pays pour trouver des voies et moyens à adoptables au processus de réconciliation nationale. Pour dire que les communautés de la base, si elles sont réellement impliquées, sont censées de contribuer efficacement au processus de retour de la paix au Mali et peuvent servir d’appui et de conseils à l’État.

Adama A. Haïdara : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Jeunesse et Solidarité participative: Quand deux associations juvéniles se donnent la main, pour apporter leur petite pierre à l’édifice national.

Dans un contexte de difficulté de tout genre, qui malheureusement a accentué la pauvreté financière, …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils