samedi 18 septembre 2021
Accueil | Politique | Second tour des législatives : Le taux de participation est estimé à plus 16% contre 35,58% pour le premier tour

Second tour des législatives : Le taux de participation est estimé à plus 16% contre 35,58% pour le premier tour

Le second tour des élections législatives a débuté avec une faible affluence à Bamako et à l’intérieur du pays. Selon le Pool d’observation citoyenne des élections au Mali POCIM, le taux participation au scrutin de ce dimanche est de plus de 16%. D’après des observateurs, cela peut être exprimé par la peur de la pandémie du coronavirus et l’insécurité qui sévit dans certaines zones. Au premier tour, le taux de participation était de 35,58%.

 

En mi-journée la première estimation de taux de participation donnée par le pool d’observation citoyenne des élections au Mali sur ce second tour des législatives 2020 était de 8%. Un taux qui dépasse légèrement celui du premier tour selon le POCIM. Mais dans l’après-midi ce taux a évolué. À 16h, il est estimé à plus de 16%.

Le POCIM a par ailleurs déploré des incidents enregistrés dans le nord et le centre du pays. Selon son président Ibrahim Sangho, dans le nord du pays certains bureaux de vote n’ont pas ouvert à cause de l’insécurité. Il a donné cette information au cours d’une conférence de presse animée hier à la mi-journée. Il a évoqué que des centres de votes ont été attaqués par des hommes armés, des matériels électoraux détruits et des agents électoraux chassés. Cela s’est passé à Goungam, Diré, Gourma-rharous dans la région de Tombouctou.

Dans le centre du pays également des incidents ont été signalés. Des incidents qui auraient empêché la population d’accomplir son devoir civique. Dans la région de Mopti sur plus de 600 centres de vote, a peu près, 200 ont été ouverts. Cette information est donnée par le studio tamani. Dans les cercles de Bandjangara, Bankass et Koro, le vote n’a pas pu se tenir dans toutes les localités à cause des menaces terroristes.

Ces élections législatives ont lieu dans un contexte de sanitaire précaire. Au cours du premier tour, des enlèvements ont été enregistrés, dont le chef de l’opposition Soumaila Cissé. Il a été enlevé en pleine campagne dans le cercle de Niafunké le 25 mars dernier.

Haidara

Djibril Coulibaly

Voir aussi

JUSTICE MILITAIRE: Les professionnels du droit en conclave pour un nouveau code militaire  

  Un atelier de réflexion et de cadrage du processus de relecture du code de …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils