jeudi 14 novembre 2019
Accueil | Santé | Santé sans tabou: Symptômes et traitements de l’infection urinaire                                                
Black woman hugging her knees

Santé sans tabou: Symptômes et traitements de l’infection urinaire                                                

 

Une infection urinaire est une infection qui peut toucher une ou plusieurs parties du système urinaire : les reins, les uretères, la vessie et l’urètre. Elle se manifeste le plus souvent par des douleursou une sensation de brûlureslors de la miction, parfois par des douleurs abdominales et de la fièvre.

  • Les reinsassurent la filtration du sang. Ils permettent l’élimination des déchets et jouent également un rôle important dans la régulation des liquides corporels et de la pression sanguine.
  • Les uretèressont de petits canaux qui permettent le passage de l’urine des reins à la vessie.
  • La vessiefait office de réservoir d’urine.
  • L’urètreconduit l’urine de la vessie à l’extérieur du corps.

Les différents types d’infections urinaires

On distingue 3 types d’infections urinaires, selon la localisation de l’infection.

La cystite infectieuse, quand on retrouve Escherichia coli dans les urines

De loin, la forme d’infection urinaire la plus courante, la cystite touche presque uniquement les femmes. Il s’agit d’une inflammation de la vessie. Le plus souvent, l’inflammation est provoquée par la prolifération de bactéries intestinales de type Escherichia coli, qui sont nombreuses aux environs de l’anus. Les bactéries passent de la Région anale et vulvaire à la vessie en remontant par l’urètre. Tout ce qui gêne la vidange de la vessie augmente le risque de cystite, car cela augmente la rétention d’urines ; donc, le temps de prolifération des bactéries. La cystite s’accompagne toujours d’une urétrite, l’inflammation de l’urètre.

 

L’urétrite infectieuse

Si l’infection touche uniquement l’urètre (le conduit qui relie la vessie au méat urinaire), on l’appelle urétrite. Il s’agit souvent d’infections sexuellement transmissibles sexuellement (IST) courante chez les hommes. Et les femmes peuvent aussi en souffrir. Différents agents infectieux peuvent causer l’urétrite. Les plus communs sont la chlamydia et le gonocoque (la bactérie responsable de la gonorrhée). Chez l’homme, l’urétrite peut s’accompagner d’une prostatite (infection de la prostate).

 

La pyélonéphrite

La pyélonéphrite est une affection plus grave. Elle désigne l’inflammation du bassinet (la cavité du rein collectant les urines) et du rein lui-même. Celle-ci résulte généralement d’une infection bactérienne. Il peut s’agir d’une complication d’une cystite non traitée ou mal traitée qui conduit à la remontée des bactéries de la vessie vers les reins, et à leur prolifération à ce niveau. La pyélonéphrite aiguë survient plus souvent chez les femmes, surtout chez celles enceinte. Elle est aussi fréquente chez les enfants dont une malformation des uretères provoque un reflux de l’urine de la vessie vers les reins.

 

Les plus touchés par les infections urinaires : les hommes ou les femmes ?

La fréquence des infections urinairesdépend de l’âge et du sexe.

 

L’infection urinaire chez la femme

Les femmessont beaucoup plus touchées que les hommes, car l’urètre de la femme, plus court que celui de l’homme, facilite l’entrée des bactéries dans la vessie. On estime qu’en Amérique du Nord, de 20 % à 40 % des femmes ont déjà eu au moins une infection urinaire. Beaucoup de femmes en contracteront plusieurs au cours de leur vie. Environ 2 % à 3 % des femmes adultes auraient une cystite chaque année.

 

L’infection urinaire chez l’homme

Les hommes, jeunes surtout, sont peu touchés par cette affection, les hommes d’âge mûratteints de troubles de la prostate en sont plus à risque.

Quant aux enfants, ils sont plus rarement touchés. Environ 2% des nouveau-nés et des nourrissons contractent des infections urinaires. Ce sont surtout les bébés de sexe masculin qui présentent une anomalie des voies urinaires qui en souffrent. À l’âge de 6 ans, 7 % des filles et 2% des garçons ont présenté au moins une fois une infection urinaire19.

Causes

Normalement, l’urine est stérile. Elle contient de l’eau à 96 %, des sels et des composants organiques, mais est exempte de micro-organismes. Le système urinaire possède de nombreux moyens de défensecontre les infections :

– le flux urinaireexpulse les bactéries et rend plus difficile leur ascension vers la vessie et les reins;

– l’aciditéde l’urine (pH inférieur à 5,5) inhibe la croissance des bactéries;
– lasurface très lisse de l’urètrerend difficile la remontée des bactéries;
– la formedes uretères et de la vessie prévient la remontée de l’urine vers les reins;

– le système immunitaireen général lutte contre les infections;
– la paroi de la vessiecontient des cellules immunitaires ainsi que des substances antibactériennes;

– chez les hommes, les sécrétionsde la prostate contiennent des substances qui ralentissent la multiplication des bactéries dans l’urètre.

Cependant, en cas d’infection urinaire, des agents infectieux (des bactéries dans la plupart des cas) parviennent à « coloniser » le système urinaire. L’urine est alors contaminée : c’est en recherchant la présence de bactéries dans l’urine que le médecin confirme le diagnostic d’infection urinaire. La contamination bactérienne est souvent facilitée par le fait de ne pas boire suffisamment.

Dans plus de 80% des infections urinaires, le germe en cause est une bactérie intestinalede type Escherichia coli. Les autres bactéries fréquemment retrouvées sont Proteus mirabilis, Staphylococcus saprophyticus, Klebsiella. Certaines infections transmissibles sexuellement (à gonocoques, à Chlamydiae) peuvent aussi se manifester par une urétrite.

Très rarement, les infections urinaires peuvent être dues à des bactéries qui se sont propagées au système urinaire à partir d’une infection située ailleurs dans l’organisme.

 

Complications possibles

Si l’infectionn’est pas traitée, l’agent infectieux continue à se multiplier et à envahir les voies urinaires. Cela peut mener à un problème plus grave aux reins, comme une pyélonéphrite. Exceptionnellement, une infection urinaire peut s’aggraver au point d’entraîner une septicémieou une insuffisance rénale. Dans tous les cas, il importe de consulter un médecin en cas de signes d’infection urinaire.

Alors prenez soin de vous !

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Santé sans tabou: L’anémie, un manque dangereux

  En fait, l’anémieest un problème de santé relativement fréquent qui touche près d’un  quart de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils