mercredi 22 septembre 2021
Accueil | Non classé | Samedi noir à Djenné : 14 Morts enregistrés dans un litige foncier

Samedi noir à Djenné : 14 Morts enregistrés dans un litige foncier

La journée du samedi 25 juin dernier a été sanglante et meurtrière dans la Région de Mopti, au centre de notre pays. Dans un litige foncier, vieux des décennies et dont les démons ont refait surface, l’on a enregistré 14 pertes en vies humaines et une quarantaine de blessés graves. Ce sont les paysans de deux villages voisins qui clamaient la paternité des mêmes terres qui s’en sont violemment pris les uns aux autres jusqu’à arriver à ce triste bilan.

Koussouma et Mougna sont ces deux villages qui ont affiché le sombre tableau de la barbarie humaine dans le cercle de Djenné. Les affrontements meurtriers qui s’y sont déroulés sont de nature à regretter le démarrage de la période d’hivernage puisque d’aucuns estiment que ce sont les pluies diluviennes ayant arrosé cette zone, le samedi dernier, qui constituent l’oiseau de mauvais augure pour ces villageois. Mais, c’est sans compter sur la valeur des terres et le jusqu’auboutisme de leurs exploitants en milieu rural surtout.
Les paysans de ces deux localités, se disputant des terres dans un conflit latent qui pendait depuis des lustres au Tribunal de Djenné centre, sont venus à en découdre ce samedi. Ils «se sont affrontés à cause d’un litige foncier. Au moins, 14 personnes ont été tuées et 42 blessées», a déclaré un Responsable administratif du cercle, selon l’AFP.
Les affrontements ont été confirmés par une source de sécurité toujours citée par l’AFP, une source selon laquelle les deux villages ne sont séparés que par une dizaine de kilomètres.
«Samedi, dès les premières gouttes de pluie, des paysans se sont dirigés sur les terres pour les cultiver. Les paysans du camp opposé ont manifesté bruyamment avant de s’attaquer à eux et c’est delà que ç’a dégénéré», a précisé cette source.
Aucun détail n’était disponible dans l’immédiat sur le nombre de paysans et la zone concernés par ce litige.
Une autre source de sécurité citée encore par l’AFP a fait état d’un conflit foncier «qui dure depuis au moins dix ans» et fait l’objet d’un dossier actuellement en cours en justice, sans plus de détails. Mais, une autre source proche du dossier a indiqué que c’est une récente décision de la justice «qui a mis le feu aux poudres».
Katito WADADA

COULIBALY

Voir aussi

Prorogation de la transition: Le Cherif de Nioro inciterait-il les colonels à la tentation ?  

    Proroger ou ne pas proroger, c’est le sujet qui continue de faire couler …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils