mardi 5 juillet 2022
Accueil | Société | Révision constitutionnelle : Au-delà du 16 août, «An té, A Bana-touche pas à ma constitution» se réserve le droit de faire aboutir ses revendications légitimes

Révision constitutionnelle : Au-delà du 16 août, «An té, A Bana-touche pas à ma constitution» se réserve le droit de faire aboutir ses revendications légitimes

A la faveur d’une conférence de presse, déroulée  le 10 août 2017, à la Pyramide des souvenirs, la Direction de la plateforme «An té, A Bana » a adressé une lettre ouverte au Président IBK ainsi libellée:

«Lettre ouverte au Président Ibrahim Boubacar Kéïta
Objet : demande de retrait pur et simple du projet de révision constitutionnelle loi n°2017-031/AN-RM du 02 juin 2017 portant révision de la Constitution du 25 février 1992.
Nous, plateforme «An té, A Bana- touche pas à ma constitution» opposée au projet de révision constitutionnelle initié par le Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta, en violation de l’article 118 de la Constitution du 25 février 1992, mobilisée depuis le 11 juin 2017 pour exiger au Président de la République le retrait de son projet constitutionnel, notamment à travers l’organisation de deux marches pacifiques à Bamako les 17 juin et 15 juillet 2017 et de deux meetings les 1er juin et 3 août 2017 et de manifestations populaires à l’intérieur du pays ainsi que dans la diaspora.
Ayant réitéré de nombreuses fois votre demande de retrait de projet de révision constitutionnelle de la Constitution du 25 février 1992.
En attendant la réunion des conditions qui font actuellement défaut au respect de l’article 118 de la Constitution et des conditions sécuritaires indispensables à la tenue d’un scrutin référendaire garantissant la participation libre, transparente et démocratique de l’ensemble du Peuple malien.
Surpris de constater que le Président est resté sourd malgré des manifestations, des protestations contre la révision constitutionnelle qui ont mobilisé des centaines, des milliers voire des millions de Maliens et malgré les correspondances qui lui ont été adressées dans ce sens.
Très fortement liée à la Constitution du 25 février et plus que jamais engagée dans un esprit républicain à défendre nos droits constitutionnels, avons décidé, à l’unanimité, lors de notre Assemblée Générale du 07 aout 2017, d’exiger du Président de la République le retrait pur et simple de son projet de révision constitutionnelle au plus tard le mardi 15 aout 2017, à minuit.
Avons également décidé, lors de cette Assemblée Générale, de signifier au Président de la République, à défaut d’une réponse favorable dans ce délais  imparti, la plateforme «An té, A Bana-touche pas à ma constitution» qui assimilerait ce refus à une atteinte grave à la Constitution du Mali, se réserve le droit d’user de tous les moyens que lui offre la Constitution du 25 février 1992 et les lois de la République afin de faire aboutir ses revendications légitimes.
Bamako le 07 aout 2017. Assemblée Générale de la plateforme ‘‘Ne touche pas à ma constitution’’».
Moctar N’DIAYE, Stagiaire : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

TENUE SEXY ET CHICHA AU STATUT WHATSAPP: Un mariage avorté !

Une dame a été coupable de l'annulation du mariage de son frère. Pour cause, elle regardait le statut de la future mariée en présence de la belle-mère. Cette dernière a découvert sa future belle-fille habillée en tenue sexy et fumant de la chicha dans une boite de nuit de la place. 

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils