mardi 18 mai 2021
Accueil | Société | Report de l’installation des autorités intérimaires de Kidal : Sidi Mohamed Israch, la pomme de discorde
SONY DSC

Report de l’installation des autorités intérimaires de Kidal : Sidi Mohamed Israch, la pomme de discorde

En faisant savoir très tard, dans la nuit du vendredi, à l’opinion nationale et internationale la nomination de Sidi Mohamed Ichrach, comme Gouverneur de Kidal, le Gouvernement a compromis ses chances de faire un grand pas vers le retour escompté de la paix.

 

C’est le samedi que le Gouvernement, la communauté internationale et les différentes parties signataires de l’Accord d’Alger devaient procéder à la mise en place des autorités intérimaires de la ville de Kidal.

Désigné le 15 février dernier, l’ex bourreau des soldats maliens, Hassan Fagaga, était celui qui devait diriger cette autorité. Pour l’occasion, des Diplomates, des membres du Gouvernement avaient été désignés pour participer à cet acte fort et synonyme de retour progressif à la paix. Mais leur surprise fut grande de savoir, quelques minutes avant d’embarquer pour Kidal, que la cérémonie d’investiture a été reportée sine die. Connaissant le caractère imprévisible de la CMA et ses nombreuses volte-face auxquelles le Peuple est désormais familier, on n’a pas hésité à tirer à bout portant sur elle. «Eternels insatisfaits», «caprices», …, sont autant de qualificatifs utilisés pour expliquer cet acte. Si ces qualificatifs trouvent leurs explications dans de nombreux actes précédemment posés par la CMA, pour une fois, le Gouvernement a une grande part de responsabilité dans ce report. En procédant par décret à la nomination de Sidi Mohamed Ichrach comme Gouverneur de Kidal, à quelques heures seulement de l’investiture, il n’a pas arrangé les choses. D’ailleurs, l’annonce tardive de cette nomination sur les antennes de l’ORTM n’a pas manqué de soulever des interrogations. C’est à l’Aéroport que certains membres de la Délégation devant participer officiellement à pour l’investiture préalablement prévue ont appris la nomination d’un Gouverneur. Inutile de dire la frustration qu’ils ont eu à ressentir.

Ce ne fut, par contre, pas une surprise pour bon nombre d’entre eux d’apprendre que la CMA avait décidé de reporter la cérémonie d’investiture. Pour la CMA, cette décision du Gouvernement a été influencée par des parties prenantes à l’Accord de paix.

Répondant aux questions de notre confrère, Idrissa Sako, Iyad Ag Mohamed, porte parole de la CMA, dira que «c’est vraiment la désolation totale à Kidal. Les gens étaient prêts pour une fête, au lancement des autorités intérimaires. Tout était fin prêt, et on apprend des décisions qui ne sont pas de nature à faciliter ça ». En clair, la CMA soupçonne le Gouvernement d’avoir pris cette décision sous l’influence du Gatia. Vrai ou faux ? En tout cas, Cela met à nue la rivalité entre les deux groupes armés, contrairement à ce qu’ils laissent paraitre. Connaissant la versatilité de la CMA, le Gouvernement a pêché en nommant un Gouverneur à Kidal sans consultations préalables.

Pour ceux qui pensent le contraire, Moussa Mara peut toujours témoigner.

Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Manque de confiance entre populations et politiques: Quelles en sont les raisons ?

L’incrédibilité des politiques maliens telle semble être la réalité. Pourquoi ? Cette dégradation des mœurs …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils