lundi 4 juillet 2022
Accueil | Economies | RELECTURE DU CODE MINIER : La fondation pour le développement au sahel monte au créneau

RELECTURE DU CODE MINIER : La fondation pour le développement au sahel monte au créneau

Les membres de la fondation pour le développement au sahel étaient face à la presse le 15 Aout 2017 à la Maison de la presse. La conférence était animée par Abdoul Wahab Diakité en présence de Boubacar Sidiki Sangaré et Mme Ly Fatima Coulibaly.
La fondation pour le développement au sahel, regroupe plusieurs associations de la société civile regroupées au sein d’un collectif pour apporter leur contribution à la relecture du code minier. La FDS appuyée par la fondation FORD propose de mener une large campagne de plaidoyer sur la révision du code minier afin de présenter un document de contribution pour la mise en œuvre de ses aspirations profondes dans la protection des intérêts de l’Etat et des collectivités dans le nouveau code minier.
La fondation pour le développement au sahel après des réflexions et recherches menées sur la question, a demandé au gouvernement de mettre en œuvre le renforcement de capacités des parlementaires, des femmes, des jeunes, les médias sur le code minier.
L’objectif de cette conférence était de partager avec la presse les grandes activités et les résultats de la campagne de plaidoyer de la société civile sur la relecture du code minier. Elle permettait à la presse de mener une large diffusion de sensibilisation de l’opinion national et international sur les enjeux de l’exploitation des ressources minières au Mali particulièrement ceux de la relecture du code minier de 2002.
Abdoul Wahab Diakité a rappelé la décision de la conférence qui s’est ténue à Livingstone qui est la transparence dans la gestion des revenus générés par les industries extractives ; le contenu local et le développement ; l’exploitation artisanale et l’harmonisation des lois.
Boubacar Sidiki Sangaré a souligné que la fondation est en parfaite collaboration avec les élus communaux et les députés. Selon lui, la fondation a mené des enquêtes auprès de la population par rapport aux revenus de l’exploitation minière communale. Les résultats de cette enquête ont permis à la fondation de demander au gouvernement et aux entreprises minières d’octroyer 1% de leur chiffre d’affaire au développement local. Il affirme qu’il n’est plus normal que la population des zones minières manque des services sociaux de bases. La fondation se battra, pour bénéficier ce 1% au bénéfice de la population.
La fondation pour le développement au sahel est à pied d’œuvre pour le fonds de la gestion de l’environnement après l’exploitation minière. Boubacar Sidiki Sangaré au nom de la FDS a demandé l’indulgence du gouvernement et des chefs d’entreprises minières d’octroyer ce fonds 1% au développement local afin de sauver des vies.
Boubacar Wagué LA SIRENE

Djibril Coulibaly

Voir aussi

USINE DE MINES ET LITHIUM: L’installation coûte 160 milliards F CFA et crée  650 emplois

Le développement et la création d’emplois sont l’une des préoccupations de la population du Mali …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils