mercredi 3 mars 2021
Accueil | Economies | Relance économique 2016-2018 : Le Ministère de tutelle opte pour la réduction de la pauvreté

Relance économique 2016-2018 : Le Ministère de tutelle opte pour la réduction de la pauvreté

Le Ministère de l’Economie et des Finances a commencé la première revue du cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD) 2016-2018. La rencontre de deux jours qui prend fin aujourd’hui, jeudi 22 juin, se déroule à l’Hôtel El Farouk de Bamako. Selon les acteurs du domaine, cette relance économique vise à faciliter la mise en œuvre des projets et programmes basés sur la croissance économique qui nécessite aussi l’amélioration de la situation sécuritaire du pays.

Après une crise multidimensionnelle sévère qui a profondément impacté son dynamisme économique et social, le Mali souhaite progresser sur une nouvelle trajectoire. Ce, grâce à la mise en œuvre du Cadre Stratégique pour la Relance Economique et le Développement Durable (CREDD 2016-2018). Cette stratégie, selon les Responsables du projet, est le nouveau cadre unique de référence pour la conception, la mise en œuvre et le suivi des différentes politiques et stratégies de développement tant au niveau national que sectoriel.

L’objectif global du CREDD 2016-2018 est de promouvoir un développement inclusif et durable par la réduction de la pauvreté et des inégalités dans un Mali uni et apaisé. Cela, en se fondant sur les potentialités et les capacités de résilience en vue d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD) d’ici à l’horizon 2030. La stratégie se décline en deux axes préalables, trois axes stratégiques, treize domaines prioritaires et trente-huit objectifs spécifiques.

Cette session se passe dans un contexte marqué par les questions de sécurité et d’ordre institutionnel. C’est pourquoi, selon Amadou Zibo Maïga, le Coordinateur de la cellule stratégique de lutte contre la pauvreté, au niveau des Régions du Nord, il faut un minimum de sécurité pour pouvoir réaliser les investissements nécessaires. «Si nous n’avons pas une bonne gestion des finances publiques, nous ne pourrons pas tenir la situation dans laquelle nous sommes. Il faut relancer de façon durable la croissance économique» s’est-il exprimé sur le sujet.

Les résultats attendus de ce projet sont, entre autres, la formulation des recommandations pertinentes dans la perspective d’une croissance économique durable et la définition des mesures spécifiques pour remédier les insuffisances constatées.

Adama A. Haïdara: LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

PRODUCTION INDUSTRIELLE D’OR : Une nouvelle hausse qui a déjoué les pronostics en 2020 au Mali

  Alors que les réserves de certaines mines s’épuisent et que la pandémie de Covid-19 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils