jeudi 2 décembre 2021
Accueil | Société | Recrudescence des attaques dans le nord et le centre du Mali : Une cinquantaine de morts en une semaine

Recrudescence des attaques dans le nord et le centre du Mali : Une cinquantaine de morts en une semaine

La situation sécuritaire au Mali devient de plus en plus préoccupante. Les attaques contre les militaires maliens et les conflits entre groupes armés ont fait plus de 50 morts en une semaine. C’était à la suite des hostilités déroulées au centre du pays mais également dans le nord.

La pression dans le nord du Mali tout comme au centre ne faiblit toujours pas. Les attaques et tensions entre groupes armés en une semaine ont fait plus de 50 morts y compris du côté des FAMA.

Depuis lundi 18 juillet, des conflits armés opposent le Gatia, membre de la Plateforme, et le HCUA, membre de la CMA, dans la ville de Kidal. Les heurts ont dégénéré avec l’utilisation d’armes lourdes le jeudi dernier. Le Bilan jusqu’à présent inconnu varie entre les deux mouvements. Les habitants de la ville de Kidal parlent de plus d’une trentaine de morts.

La MINUSMA appelle au calme. Les combattants du Gatia auraient quitté la ville de Kidal, qui a retrouvé un calme précaire, selon des habitants. Cependant, selon un membre du CMA, joint par le Studio Tamani, ces hostilités pourraient reprendre à tout moment si les éléments du Gatia revenaient dans la ville. Des affrontements meurtriers à répétition entre les deux groupes qui piétinent la convention signée entre eux à Niamey, la semaine dernière tout près. Une convention relative au contrôle et à la gestion de la ville de Kidal. Une situation qui menace aussi l’accord de paix et de réconciliation nationale signé, il y a un an, entre les groupes armés et le Pouvoir central de Bamako. «Kidal a entaché l’équilibre même éphémère qui existe entre les communautés. On peut dire que Kidal est une blessure qu’il nous faut patiemment essayer de guérir pour qu’elle ne puisse pas plomber l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali», dit le Représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU au Mali et Chef de la MINUSMA, le Tchadien Mahamat Saleh Annadif.

Au moment où les groupes armés s’affrontaient dans la Région de Kidal, le mardi dernier, dans la matinée, des individus lourdement armés, avaient attaqué le camp militaire de Nampala, dans la Région de Ségou. Une attaque, selon le gouvernement malien, qui a fait 17 morts et 35 blessés. Les assaillants ont également pris le contrôle de la ville de Nampala après l’attaque, après que les militaires se soient repliés sur Diabaly, à une centaine de kilomètres.

Le jeudi 21 juillet dernier, des échanges de tirs ont eu lieu entre des éléments de la CMFPR2 et ceux du Gatia, dans la Région de Tombouctou; plus précisément dans le Gourma. Le bilan a fait d’un mort et 1 blessé grave parmi les combattants de la CMPFR2. Dans la même soirée du jeudi, toujours dans la Région de Tombouctou, des hommes armés non identifiés ont attaqué un check-point de la CMA, à Timboukri, situé à 30 km de Ber. L’attaque a fait 4 morts, 1 blessé et 3 portés disparus pour la CMA. Un véhicule contenant des armes fut également emporté.

La situation sécuritaire ainsi dans le pays devient de plus en plus inquiétante après la signature de l’Accord de paix et de réconciliation nationale qu’avant celle-ci.

Adama A. Haïdara : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Polygamie : Des femmes  témoignent sur comment elles en ont été informées

  Au Mali, le code de la famille prévoit l’option du régime polygamique pour un …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils