dimanche 3 juillet 2022
Accueil | Société | Ras Bath : Un « Monstre » fait maison

Ras Bath : Un « Monstre » fait maison

Quelque un million de personnes, c’est, selon les estimations, le nombre de personnes sorties en fin de semaine dernière pour accueillir triomphalement Mohamed Youssouf Bathily alias «Ras Bath» du retour de sa tournée européenne. Cet accueil a lancé deux messages clés à la face de l’exécutif : Ras Bath rassemble plus qu’il ne le croit et défie la justice. L’ironie, c’est que l’Homme au centre de toute cette attention est ce qu’il est aujourd’hui en partie grâce aux errements du Gouvernement et, plus particulièrement, du Ministre de la Justice, Me Mamadou Ismaël Konaté.

 

L’ascension fulgurante de Mohamed Youssouf Bathily est semblable à celui du Président français Emmanuel Macron. Du grand anonymat, ils sont passés à la renommée en moins de deux ans. Mais la comparaison s’arrête là.

En effet, Mohamed Youssouf Bathily «Ras Bath » n’était connu il y a quelques années que des adeptes des mouvements Rastafari au Mali. Ceux qui l’avaient côtoyé se comptaient parmi les adeptes de la fête du 11 mai (anniversaire de la mort Bob Marley, le 11 mai 1981). Date à laquelle il organisait chaque année avec d’autres adeptes des concerts au carrefour des jeunes de Bamako.  Membre fondateur des «Sofas» de la République avec des rappeurs engagés comme Ramses, Master Soumy, c’est à travers les conférences régulières de ce mouvement qui se voulait la «Sentinelle» de la démocratie que Ras Bath, alors porte-parole du mouvement, se ferra connaître d’un plus grand nombre de jeunes par sa verve, sa maitrise de la langue de Molière et surtout par son discours guerrier à l‘endroit du régime.  Ses propos relayés par la presse, toujours aux aguets, pour dénicher la «phrase choque» ont fini d’asseoir sa notoriété auprès surtout des personnes qui se disaient être marginalisées. Régulièrement invité sur les antennes de Klédu par son «ami» YéliFuzzo, il a été interdit d’antennes par la Direction de cette radio suite à ses discours. Il trouvera un créneau inespéré sur la radio Maliba FM qui venait de s’implanter. En quête d’auditeurs dans une capitale avec une centaine de radios, la radio ouvrira sa fréquence à Rast Bath pour qu’il dise haut et fort ce qu’il pense dans son émission «Carte sur table». Concomitamment, il animait une émission Reggae sur la deuxième chaine de télévision nationale la TM2. Au cours de ces émissions télés, il en profitait pour tacler sévèrement le régime.  Mais c’est surtout au cours de l’émission radio «Carte sur table» que le fils de l’actuel Ministre des Domaines, des Affaires foncières et de l’Habitat, Me Mohamed Ali Bathily, se ferra un nom inespéré.  En plus de sa facilité de communication, il connaît sa cible et adapte son message en fonction. Le théoricien du «Choquer pour éduquer» a affublé des Ministres de surnoms peu flatteurs  qui sont aujourd’hui repris par beaucoup de personnes de la rue et même des cadres pour se moquer de ces Ministres. Si ces messages enrobés dans une bonne stratégie communicationnelle ont pu séduire autant de personnes c’est surtout parce que le régime a prêté le flanc. Les scandales à répétitions, la mauvaise gouvernance, les décisions cavalières sans suite (déguerpissement des commerçants détaillants des abords des grandes routes à la veille du Sommet Afrique-France,…) ont fait que l’Homme n’a jamais manqué de sujets lors de ses émissions hebdomadaires. Même le très respecté Premier Ministre, Modibo Kéïta, n’a pas été épargné pour sa gestion de la chose publique.

 

Youtube, la parade salutaire

Devenu tellement dérangeant que le Ministre de la Justice, Mamadou Ismaël Konaté, nouvellement installé dans ses fonctions a voulu donner un signal fort en le réduisant au silence. D’abord une arrestation qui se termine en queue de poisson, un jugement hâtif qui se solde par une interdiction d’émission, mort d’Homme, affrontements entre soutiens sortis nombreux et policiers et coupure des réseaux sociaux ont fini de l’aguerrir. Un adage bien de chez nous enseigne que «la peur de la prison c’est avant d’y entrer». Après sa libération, Ras Bath a poussé des ailes, il a très souvent volé près du soleil mais  n’a pas été assez imprudent pour le moment pour  se faire brûler les ailes comme Icare. 

Entouré de bons Avocat de la trempe de Maître Zana Koné et Me Malick, Ras Bath,lui-même bon Juriste de formation, a trouvé une parade à cette décision de justice. Le champ internet n’étant pas encore encadré au Mali par des textes, c’est désormais sur Youtube qu’il va diffuser ses vidéos. Cette parade le fera encore plus connaître à l’international et pour ceux qui ne le connaissaient pas de mettre un visage sur le Ras Bath.  C’est d’ailleurs cette renommée qui, selon certaines sources, lui ont permis d’effectuer récemment une tournée en Europe même si ses détracteurs soutiennent que le voyage a été financé par le Chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé.  C’est pendant cette tournée que le Tribunal de la Commune IV adjugé par contumace Ras Bath dont les chefs d’accusations avaient été requalifiés pour «incitation à la désobéissance des troupes» et l’a condamné à 12 mois de prison ferme et 100.000 francs CFA d’amende. Cette façon de faire du Tribunal de la Commune IV a été interprétée par les fans de Ras Bath comme une volonté de contraindre leur «Guide» à l’exil. Ce dernier l’a même compris comme ça et a promis de rentrer en annonçant  la date et l’heure.  En promettant que rien n’arrivera à leur «champion» à sa descente d’avion, la défiance vis-à-vis du régime et de la justice était là. On a argué que le Tribunal n’avait pas délivré de «Mandat d’amener ».

Cela peut se comprendre d’autant plus que les avocats de Bathily ont fait appel. Si cela est avéré, le moyen de droit lui permet de porter l’affaire devant une autre juridiction, supérieure au premier. Ainsi la décision de condamnation pourrait ne pas être exécutable.

En tout cas, ce jeudi, de l’aéroport international Modibo Kéïta à la Bourse du Travail, le cortège de Ras Bath a nargué le régime. Un régime qui ne peut s’en prendre qu’à lui-même ; car, si Ras Bath est ce qu’il est aujourd’hui c’est parce qu’il a failli par sa mauvaise gouvernance et son manque de fermeté même s’il est dirigé par un «Kankélétigui».

Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

SÉCURITÉ ROUTIÈRE: Le port du casque obligatoire à partir du 15 août 

  Pour la sécurité des usagers de la route, le port du casque entrera en …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils