jeudi 22 avril 2021
Accueil | Société | Protection des données personnelles : quelles responsabilités pour les structures publiques et privées ?

Protection des données personnelles : quelles responsabilités pour les structures publiques et privées ?

Hier, lundi 28 janvier, à Bamako, les Responsables de l’Autorité de Protection des Données à caractère Personnel (APDP) ont, sous la direction  de leur Président Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, célébré la Journée mondiale de la protection des données personnelles. Au menu de l’activité,  une conférence-débat organisée par les Responsables de l’APDP.

Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de Protection des Données à caractère Personnel (APDP), le Mali, à l’instar de tous les pays du monde, a organisé une conférence-débat axée sur le traitement des données à caractère personnel. Une préoccupation qui a tout le temps existé dans la vie des organismes et des entreprises. Connu depuis des siècles sous le support papier, le traitement des données personnelles a connu un développement exponentiel avec l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

En effet, de nos jours, les TIC  améliorent de plus en plus notre quotidien, notamment les systèmes de Banques et de boutiques en ligne, les services mobiles en matière de transmission des données et la téléphonie, la médecine, la distribution d’eau et d’électricité, la gestion des ressources humaines, de la clientèle et des prestataires de services de tous genres, etc.

Cependant, la mise en œuvre de ces traitements, selon le Président Haïdara, nécessite la collecte et le stockage d’innombrables données à caractère personnel au sein des structures. Cela étant, comme une médaille, l’explosion spectaculaire de l’informatique a son revers.

«Ainsi, cette explosion s’accompagne de nouveaux dangers et de graves menaces qui peuvent être tant de sources naturelles, incendies, tremblements de terre, inondations, qu’humaines à travers des fuites des données par le fait de certains employé ou des cybercriminels », a précisé le Président de l’APDP, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, au cours de son élocution.  À ses dires, il est évident que l’existence de ces menaces fasse peser sur  les organismes et entreprises de responsabilités d’énormes risques et inquiétudes qu’ils se doivent d’assumer pour garantir l’intégrité et la disponibilité des données dont la collecte et le traitement sont indispensables à leur survie. Le thème choisi pour marquer la journée du 28 janvier 2019, à savoir «La protection des données personnelles : quelles responsabilités pour les structures publiques et privées ?» aidera, selon le conférencier principal,Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, à prendre davantage la mesure des responsabilités des différentes structures face aux dangers qui guettent quotidiennement les données à caractère personnel qu’elles traitent.

Créée par la loi n°2013-015 du 21 mai 2013, et installée le 19 août 2015, l’Autorité de protection des données à caractère personnel est une autorité administrative indépendante chargée d’assurer à toute personne physique ou morale, publique ou privée, la protection de ses données personnelles sans distinction aucune, et, ce, dans le respect scrupuleux des libertés et des Droits fondamentaux en matière de traitement de données informatiques.

Parlant de la mission confiée à sa structure, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara précise que l’APDP veille à la protection des données à caractère personnel et participe à la réglementation  du secteur. À ce titre, elle fixe les normes et la finalité de la collecte, du traitement ou de la conservation  des données personnelles, etc.

Les données à caractère personnel ou données personnelles sont des informations qui permettent d’identifier directement ou indirectement une personne. Il en existe, en principe, deux cas dont  les données nominatives qui sont des adresses postales, électroniques, numéros d’immatriculation, photos, empreintes digitales, ADN et les données sensibles qui sont des opinions, activités religieuses, philosophiques, politiques, idéologiques, culturelles, vies sexuelles, races, santés, sanctions pénales et administratives …

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

 

 

Rédaction

Voir aussi

DEPIGMENTATION DE LA PEAU: Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé

    Le teint ébène est-il en voie de disparition ? Ce serait trop dire. Mais …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils