mardi 7 décembre 2021
Accueil | Politique | Processus de retour à la paix : Ces autorités « divisionnaires »

Processus de retour à la paix : Ces autorités « divisionnaires »

« …Nous mouvement de la résistance civile de Gao rejetons avec la plus grande fermeté cette liste sélective et non consultative».

C’est par ces mots que le mouvement de la résistance civile de Gao a fait savoir à travers un communiqué son rejet du décret portant nomination des autorités intérimaires adopté en Conseil des Ministres extraordinaire du vendredi 14 octobre dernier. Il reproche à la liste des autorités intérimaires d’avoir été constituée sans «  consultation au préalable de la société civile de Gao.. ». Selon le signataire dudit communiqué, Moussa B. Yoro, il est important que le point de vue des populations soit au centre de toutes actions qui concourent à une paix durable. Le mouvement invite l’Etat à reconsidérer le décret.

La CMA divisée

Bien avant, ce sont 4 groupes dissidents de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), CPA, CMFPR2, MSA et une partie du MNLA qui avaient protesté contre ces autorités intérimaires lors d’une conférence de presse tenue le samedi 15 octobre avec à la clé des mises en garde. Leurs différents porte-paroles, Mohamed Ousmane Ag Mouhamedoun (CPA), Mohamed Zéïni (MSA) et Younoussa Touré (CMFPR2) abondent dans le même sens que le Mouvement de la résistance civile de Gao. Selon eux, ces autorités ont été choisies de façon unilatérale, sans aucune consultation préalable. Selon eux, les personnes proposées par la CMA pour siéger au sein de cette autorité l’ont été par copinage. Ce sont, à leurs dires, les choix des seuls Responsables du MNLA et du HCUA. Compte tenu de cette façon de faire, ils ont décrié, dénoncé et refusé catégoriquement le décret de nomination des autorités intérimaires et ont même menacé l’application de l’accord de paix et de réconciliation nationale. «Nous ne nous laisserons pas désarmer et nous ne participerons à aucune patrouille mixte tant que le décret n’aura pas été revu et corrigé : de manière consensuelle». Ils sont allés plus loin « …Si la CMA a signé l’accord de paix, c’est grâce à nous. Eh bien ! Nous ne laisserons pas travailler des autorités intérimaires que nous ne reconnaissons pas…. ».

Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Sommet de la CEDEAO du 12 décembre: Va-t-il accoucher de nouvelles sanctions ?  

     Après avoir interdit de voyager à plus de 140 personnalités dans le pays, excepté …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils