mardi 30 novembre 2021
Accueil | Société | Processus de paix : Des patrouilles mixtes prévues avant la fin du mois à Gao, Kidal et Tombouctou

Processus de paix : Des patrouilles mixtes prévues avant la fin du mois à Gao, Kidal et Tombouctou

Malgré la récurrence des actes terroristes et principalement l’attaque barbare contre le camp du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination), le 18 janvier 2017, à Gao, les principaux acteurs pour la paix et la réconciliation nationale au Mali s’engagent à rendre opérationnelles les patrouilles mixtes avant la fin de ce mois de février dans les Régions de Gao, Kidal et Tombouctou. La deuxième session consultative de haut niveau qui vient de s’est tenue, ici à Bamako, le vendredi 10 février dernier, a salué cette décision du CSA (Comité de Suivi de l’Accord).

Cette 2e session ministérielle du Comité de Suivi de l’Accord a réuni les Responsables des groupes armés de la Plateforme et de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), des membres du gouvernement, la médiation conduite par l’Algérie et les Représentants des cinq pays membres du Conseil de Sécurité de l’ONU, de la CEDEAO et de l’UA.

Selon le Président du CSA, Ahmed Boutache, «à partir de maintenant, tout le monde sera assis autour de la même table pour poursuivre l’effort commun de la mise en œuvre de l’Accord ». De ce fait, dès cette semaine, du 13 au 20 février 2017, il est prévu l’installation des autorités intérimaires dans les Régions du Nord du Mali.

«Les trois parties sont tombées d’accord sur la répartition entre elles des 5 Régions du Nord en ce qui concerne le Conseil régional », a souligné Ahmed Boutache. Et de préciser : «Il est salutaire de relever que la Région de Kidal a été laissée au gouvernement ; c’est-à-dire qu’il appartiendra au gouvernement du Mali de nommer le Président du Conseil régional».

Par ailleurs, concernant le Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), il sera également mis en place «en ce mois de février aussi à Gao qu’à Kidal, et toutes les parties sont d’accord pour donner les listes des combattants pour Kidal», a informé le Président du CSA.

La médiation internationale adhère

En effet, cette consultation a permis de faire le bilan général, d’identifier les difficultés et de formuler des recommandations concrètes afin d’accélérer l’exécution du programme de la mise en œuvre de l’Accord. Pour ce faire, les participants à cette 2e session ministérielle du CSA ont, tout d’abord, condamné vigoureusement la récurrence des  actes terroristes ; particulièrement, l’attaque contre le camp du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) de Gao. Et ils ont réitéré leurs condoléances aux familles des victimes. Aussi, ils ont mis l’accent sur la nécessité d’une conjugaison des efforts de toutes les parties maliennes avec le soutien de la Communauté internationale ; particulièrement, la MINUSMA, afin de combattre efficacement le terrorisme sous toutes ses formes.

Cependant, les participants ont exprimé leur préoccupation quant à la persistance des difficultés dans la mise en œuvre de l’accord. D’où le constat de la lenteur dans la mise en œuvre de certaines dispositions essentielles. En particulier, celles concernant l’installation des Autorités intérimaires et l’opérationnalisation du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC).

A cet effet, ils ont salué «les efforts du Groupe de travail mis en place lors de la 15e session du CSA et ont félicité les engagements pris par les parties maliennes, contenus dans son Rapport. Notamment, les différentes échéances pour le démarrage des patrouilles mixtes dans les Régions de Gao, Kidal et Tombouctou». Ce, en plus de « l’installation des autorités intérimaires dans les cinq Régions du Nord entre les 13 et 20 février 2017 ; l’opérationnalisation consensuelle des différentes commissions; l’engagement de toutes les parties prenantes à ce plan à travailler ensemble à l’organisation de la Conférence d’Entente Nationale et la nomination de l’observateur indépendant dans les meilleurs délais».

Egalement, les participants à cette 2e session ministérielle du CSA ont encouragé la communauté internationale à poursuivre son appui politique, technique et financier à la mise en œuvre de l’Accord en particulier pour la réalisation des programmes de développement envisagés dans les Régions du Nord du Mali de manière à permettre aux populations bénéficiaires de commencer à profiter des dividendes de la paix.

Rappelons que le MOC est chargé de planifier et de conduire les opérations des patrouilles mixtes dans le but d’assurer la sécurité au Nord du Mali. C’est ainsi qu’il est prévu par l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Le site qui abrite les combattants des groupes armés et des forces armées maliennes (FAMA), dans le cadre de ces patrouilles mixtes, a été la cible d’un attentat-suicide, le 18 janvier dernier, faisant plus de 70 morts et 115 blessés.

Oumar Diakité : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Polygamie : Des femmes  témoignent sur comment elles en ont été informées

  Au Mali, le code de la famille prévoit l’option du régime polygamique pour un …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils