mercredi 4 août 2021
Accueil | Important | Ouverture de la 9ème session du comité de suivi de l’accord : « Reprendre les travaux là où elles ont été suspendues »

Ouverture de la 9ème session du comité de suivi de l’accord : « Reprendre les travaux là où elles ont été suspendues »

Le centre international de conférence de Bamako a abrité  hier le 9ème  assemblé du Comité de Suivi de l’Accord. Les travaux ont  enfin recommencé  après avoir été reportés mainte fois à cause du retrait des groupes armés des sous-comités. L’atmosphère était détendue même si pour certains participants les discussions reprendront là où elles ont été suspendues. C’est-à-dire la mise en place des autorités intérimaires.

La réunion de la 9ème session du comité de suivi de l’accord s’est ouverte hier matin (lundi 13 juin 2016) dans un air rassurant entre les participants.  Cela après avoir été reporté plusieurs fois à cause du retrait de la plate-forme et du CMA des sous-comités.

Avant la réunion qui était prévue pour l’après midi, les différentes sous-commissions se sont réunies. Même si l’optimisme était au rendez-vous, pour les groupes  armés les discussions seront repris au niveau ou elles été suspendue. « On reprend les travaux au niveau des sous-comités et cet après-midi au CSA pour essayer d’aller de l’avant. Les discussions vont partir de là où on les a abandonné, c’est-à-dire la mise en place des autorités intérimaires et l’opérationnalisation du MOC et le plan d’urgence humanitaire » dit  Almou Ag Mohamed porte-parole de la CMA au micro du studio Tamani.

Il faut rappeler que cette 9ème réunion si attendue s’ouvre alors que le processus de mise en place des autorités intérimaires est bloqué d’une part et de l’autre,  la France accuse le HCUA de « double jeu » dans la mise en œuvre de l’accord. Même si cela a été démenti par le HCUA.

Adama A. Haïdara LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

LA JUSTICE MALIENNE AU GARDE-A-VOUS: Pouvoir de Transition ou de Séduction ?

LA JUSTICE MALIENNE AU GARDE-A-VOUS: Pouvoir de Transition ou de Séduction ? Le Mali est-il en passe de se doter d’une forte autorité politique, et ce, par une Justice active et implacable ? En tous cas, après le mandat d’arrêt émis contre le fils de l’ex fiston national, Karim Keita, et l’arrêt du tout puissant et intouchable chef de la Sécurité d’Etat, Moussa Diawara, les Maliens émettent le vœu pieux que ces actions d’éclats s’inscrivent dans une réelle dynamique positive et savamment établie ; et non juste de la poudre de perlimpinpin afin de soutirer la sympathie de la masse populaire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils