dimanche 17 octobre 2021
Accueil | Politique | Organe unique de gestion des élections: Les amis des colonels putschistes s’y opposent. Pour quelle fin ?   

Organe unique de gestion des élections: Les amis des colonels putschistes s’y opposent. Pour quelle fin ?   

 

Réputé proche des jeunes militaires putschistes, le Front populaire des Jeunes du Mali (FPJM) désormais transformé en parti politique s’oppose vigoureusement au projet de mise en place de l’Organe unique de gestion des élections du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga. Les responsables du nouveau parti politique ont réaffirmé leur position hostile audit projet lors de la cérémonie de lancement de leur formation politique en sommant le Premier ministre de l’abandonner. Pour quelle fin ?   

Pour montrer qu’ils sont déterminés à tout faire pour que l’organe unique de gestion des élections prôné par Choguel Kokalla Maïga ne puisse pas voir le jour, les responsables du Front populaire des Jeunes du Mali ont même menacé de ne plus le reconnaître comme Premier ministre de la transition. L’organe unique, affirment-ils, n’arrange pas le Mali aujourd’hui, car le Mali n’a pas 1000 milliards de F CFA pour cela.   

Pour Manfa Dembélé, membre du parti, Choguel travaille pour lui-même et non pour le Mali.   

Ces jeunes qui sont considérés comme étant les valets des jeunes putschistes, vont plus loin dans leur attaque et défie même le PM. Selon eux, les assises qui sont en vue ne se tiendront pas. Sans doute, une manière de barrer la route à Choguel dans son ambition de mettre en place l’organe unique de gestion des élections. Un organe réputé d’ailleurs être très efficace pour réduire les risques de contestations des futures élections au Mali.    

Ainsi, d’ores et déjà, certains observateurs voient derrière ces agissements des leaders du Front populaire des jeunes du Mali la main invisible des jeunes colonels qui chercheraient à saboter la démarche de Choguel dans l’ambition d’avoir leur mot à dire lors du choix du nouveau président. Alors, la question que l’on se pose est de savoir si les jeunes militaires sont pour une élection présidentielle transparente au Mali en 2022.  

En tout cas, la proximité de ce parti politique avec les jeunes militaires qui ne veulent pas du tout de l’organe unique de gestion des élections fait douter aujourd’hui bon nombre de Maliens sur la bonne foi de ces derniers à organiser une élection présidentielle propre et transparente à la fin de la transition.   

Au cours de la cérémonie de lancement du parti, son président d’honneur, Mahamadou Diawara, a également profité de l’occasion pour affirmer que les responsables du parti font « confiance à nos militaires ».   

Zeïd KEÏTA   LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Paris et Bamako à couteaux tirés: Choguel jouerait à un jeu politiquement dangereux ?    

  De son intervention à la tribune des Nations-Unies en septembre à ses récentes déclarations …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils