jeudi 20 juin 2024
Accueil | Politique | NOUHOUM SARR A CHOGUEL AU SUJET DU PAG: « Vous n’avez réalisé que 30% soit 3 sur 10, une note de renvoi si nous sommes à l’école »  

NOUHOUM SARR A CHOGUEL AU SUJET DU PAG: « Vous n’avez réalisé que 30% soit 3 sur 10, une note de renvoi si nous sommes à l’école »  

 

Le Premier ministre s’est prêté à un exercice difficile pour défendre son Programme d’action gouvernemental devant le Conseil national de la transition (CNT) ce jeudi 21 avril 2022. Plus qu’une diversion organisée, Choguel Kokalla Maïga s’est vu recadré par certains membres du CNT qui ont fait la différence entre la mission qui lui a été confiée et ses aventures personnelles. Nouhoum Sarr a rappelé au Premier ministre que les dénonciations des manœuvres ne doivent pas se confondre à un projet politique. Selon ce conseiller, le moment était venu pour “rectifier la rectification de la Transition ».  

Sans surprise, on ne pouvait s’attendre mieux qu’à ces questions bien réfléchies de la part du CNT, organe législatif de la transition. Des questions de précision et de recadrage pour le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga qui apparemment sait tout faire sauf la mission pour laquelle il a été nommé.

“Huit mois après, ce plan est périmé et sans surprise pour les observateurs avisés de notre pays. Vous n’avez réalisé que 30% soit 3 sur 10 ; une note de renvoi si nous sommes à l’école. Qu’est-ce qui n’a pas marché, monsieur le Premier ministre ? De quoi avez-vous manqué que la nation n’a pas mis à votre disposition ?’’, s’interroge le secrétaire du CNT, Nouhoum Sarr.

Au sujet des axes prioritaires de son Plan d’action, et l’amélioration de la bonne gouvernance, Nouhoum Sarr a rappelé à Choguel  que ceux qui luttent contre la corruption se doivent d’être irréprochables. « Le CNT demande des explications sur les scandales successifs des logements sociaux, de la CANAM et du concours de recrutement à la Police nationale », dit le conseiller.

Le PM avait même emmené le ministre de la Sécurité à sortir de sa réserve pour exiger une enquête récemment.  Même si le peuple a dénoncé les manœuvres de la France et ses valets dans la sous-région, il faut rappeler que le Choguel s’est fait la paternité au point d’en faire un projet. A cette occasion, il lui a été demandé de ne pas confondre celles-ci à un projet politique et qu’il était temps pour lui de dévoiler aux Maliens sa stratégie pour un retour à la normale.

Selon Nouhoum Sarr, la refondation ne se fera pas par des incantations, elle ne se fera pas par des déclarations fracassantes quelques fois ahurissantes, la refondation suppose la conception de vision dans tous les domaines de la vie de la nation. D’où la demande au Premier ministre de dévoiler sa vision, pour la santé, le retour de l’État dans toutes les localités du pays, l’émergence de l’agriculture, la renaissance de l’école malienne.

Pour ce conseiller, il sera inadmissible qu’à la fin de la transition qu’on dise aux Maliens qu’ils ont été incapables de lui offrir un plateau technique à même d’empêcher les évacuations sanitaires aux frais de l’État comme l’ait fait le Niger.

Nouhoum Sarr, sans langue de bois, fait un constat surprenant, mais bien justifiable. “Il est un constat que vous vous contenez mal dans le boubou du Premier ministre, vous êtes plus à l’aise dans le boubou d’activiste, chef d’un clan politique. Pourquoi cette violation constante et régulière de la Charte ? Notamment les valeurs et principes de neutralité, de partialité consignée en son article premier. « Pour paraphraser Lénine, on ne peut pas s’assoir sur deux chaises à la fois », dit-il.

Sur un autre plan, il avait promis tambour battant qu’ils feraient les audits de la quasi-totalité des organismes publics. Jusqu’à preuve du contraire, pas de traces de ces annonces.

On demande à Choguel les rapports sur lesquels il titube, se rabattant sur le seul point fort qui est la lutte contre l’insécurité qui n’est même pas son œuvre. En ce qui concerne son gouvernement, Nouhoum Sarr estime qu’il y a des hommes et des femmes, honnêtes, sérieux extrêmement compétents, mais il y a également des affairistes qu’il convient de rappeler à l’ordre.

Le Premier ministre lui-même a été invité à jeter un regard rétrospectif sur ses réalisations en 10 mois à la tête du gouvernement. “Le moment est venu de rectifier la rectification de la transition avant qu’on ne s’embourbe tous’’, lui rappelle Sarr qui estime que s’il perd le soutien du peuple, le temps s’arrêtera.

Le Premier ministre a été également interpelé sur la confection des cartes d’identité biométriques qui feront office de carte d’électeur.

L’autre élément sensible sur lequel le PM veut s’appuyer pour son bilan est l’accalmie du front social. Alors qu’à écouter les syndicats, ils ont décidé de suspendre leurs revendications en soutenant le Mali face à la CEDEAO et pour cause d’insécurité. Il est ainsi clair, le PM est en train de souffler sur des braises qui risquent de créer l’escalade.

Bourama KEITA  LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

RENFORCEMENT DU PARC INDUSTRIEL MALIEN: L’Huicoma relancée après la Comatex et l’Umpp pour asseoir la souveraineté économique ?

La semaine dernière, la Compagnie Malienne de Textile (COMATEX) a officiellement repris ses activités de production après …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils