mardi 30 novembre 2021
Accueil | Important | Lutte contre l’insécurité et le banditisme : Les bons points du Général Salif Traoré

Lutte contre l’insécurité et le banditisme : Les bons points du Général Salif Traoré

Pour faire face au double phénomène de grand banditisme et d’insécurité qui coupe le sommeil aux populations, le Département de la Sécurité intérieure et de la Protection civile a engagé une lutte implacable. Une stratégie de lutte est aujourd’hui en train de porter fruit.

 

La sécurité des Maliens et de leurs biens est le souci premier du Ministre Salif Traoré, depuis son installation à la tête du Département de tutelle. Ce souci se traduit, de nos jours, par la prise d’initiatives s’inscrivant dans la reforme de notre secteur de la sécurité. Des actions concrètes qui ont fait qu’aujourd’hui la peur est en train de changer de camp. Désormais, ce sont les grands bandits qui ne dorment plus que d’un seul œil. Si le seuil d’insécurité zéro est impossible, il faut dire tout de même que les populations sentent, de nos jours, une nette amélioration de la situation ; c’est-à-dire, par rapport à la sécurité des personnes et des biens dans presque toutes les cités du pays. Dans la capitale, par exemple, l’intensification des patrouilles, surtout dans les zones dites criminogènes, a, aujourd’hui, permis de mettre hors d’état de nuire nombre de dangereux bandits. Ces patrouilles, à travers la ville de Bamako et environs rassurent plus d’un. Cette assurance est aussi du fait des résultats qu’elle engendre.

Ces chiffres qui parlent

En 2016, tout près, 5616 patrouilles ont sillonné les rues de Bamako ; 3573 dans les Régions 5soit un total de 9189 sorties). Ces sorties ont abouti à l’interpellation de 8360 personnes à Bamako et 2440 dans les Région pour un total de 10.800 cas d’interpellations. Ces nombreuses patrouilles ont également permis à la Police de mettre de découvrir des caches d’importants lots d’armes de guerre et de munitions de différents calibres. Selon des chiffres fournis par la police, 157 armes ont été saisies à l’issue de 1789 descentes sur le terrain. Ces descentes sont dues aussi au travail de renseignement qui est fourni derrière. En effet, la police dispose de système de fichage qui lui permet désormais de suivre à la trace les grands bandits. En 2016, ils ont été 552 à être ajoutés à cette fiche.

Dans une situation d’insécurité grandissante, la collaboration des différentes forces de sécurité et de défense est un atout majeur dans la lutte contre le banditisme. Le Département de la Sécurité l’a comprise. Aujourd’hui, la police bénéficie de l’appui de la Gendarmerie et de la Garde nationale pour venir à bout des bandits de grands chemins. Créées en 2016, les Forces Spéciales Anti-terroristes (FORSAT) ne cessent de se faire auprès des populations un véritable capital de sympathie et, en revanche, de crainte dans les rangs des malfaiteurs. Leurs missions : fouiller, trouver et dénicher les criminels et démanteler leurs réseaux. Si, actuellement, les Forsat coupent le sommeil aux bandits et sont applaudies par les populations, c’est parce que leurs éléments ont été mis dans toutes les conditions pour accomplir leur mission. Ces conditions s’appellent : formation, équipement en moyens matériels et infrastructures (véhicules, armements, habillements, construction et réhabilitation d’unités, etc.).

L’adoption de quatre différents décrets sous l’actuel Ministre, Général Salif Traoré, concourt à l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents.

Des Agents bien équipés

Pour mener cette unité à bien mener sa mission de sécurisation des citoyens et de leurs biens, le Département de tutelle n’a pas lésiné sur les moyens. Ainsi, ce sont 169 véhicules (pick-up, Toyota, véhicules d’escorte présidentielle, etc.), 25 ambulances, 11 camions citernes, 2 bateaux (zodiac et pirogue motorisées) et 170 motos qui ont été achetés.

Ce n’est pas tout. Pour maintenir l’ordre, d’énormes dépenses ont été effectuées là aussi. Il s’agit d’un millier de casques de protection et casques MO, un millier de jambières, de boucliers rectangulaires, de bâtons de matraque et de défense en caoutchouc, des centaines de gants MO et des gilets pare-coups. 2000 casques pare-balles avec visière, des milliers de bâtons à poignet télescopique, des menottes, masques à gaz, etc. viennent s’ajouter à ce lot d’achat.

Dans les parutions prochaines, nous allons revenir sur les énormes sacrifices consentis par l’Etat pour doter ces agents en armements, en munitions et autres équipements individuels. Sans tambour ni trompette, le Général Salif Traoré est en train de mettre en déroute les bandits et leurs projets malsains.

Mohamed Dagnoko

COULIBALY

Voir aussi

Polygamie : Des femmes  témoignent sur comment elles en ont été informées

  Au Mali, le code de la famille prévoit l’option du régime polygamique pour un …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils