mardi 18 mai 2021
Accueil | Important | Leçon de géopolitique : Entre Ansar Dine qui réaffirme sa fibre terroriste et Daech qui proclame son implantation officielle au nord du Mali, les FAMA plus que jamais dans l’œil du cyclone

Leçon de géopolitique : Entre Ansar Dine qui réaffirme sa fibre terroriste et Daech qui proclame son implantation officielle au nord du Mali, les FAMA plus que jamais dans l’œil du cyclone

C’était trop beau pour être vrai, pourrait-on ainsi dire, sur l’annonce de cessation des hostilités du groupe armé terroriste Ansar Dine l’engageant avec l’Armée malienne. En début de semaine, une lettre datée du 26 septembre 2016 relayée par l’Imam Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil Islamique du Mali, avisait l’opinion publique d’un cessez-le-feu sur toute l’étendue du territoire national. En attendant de trouver le fin mot de cette histoire, notons que le défi sécuritaire est toujours aussi fortement présent. Les FAMA sont appelés à rester sur le qui-vive surtout après la prestation d’allégeance du groupe terroriste, Mourabitoune, à l’organisation terroriste, Etat Islamique.
En fin de semaine dernière, une lettre signée d’Iyad Ag Ghaly adressée à l’imam Mahmoud Dicko, annonçant en substance un cessez-le-feu unilatéral entre Ansar Dine et les Forces armées du Mali, faisait le tour de la presse malienne et internationale. Mais quelques heures seulement après, Ansar Dine démentait catégoriquement la missive assurant qu’il ne cessera jamais de prendre l’armée malienne et ses mécréants d’alliés pour cible. D’où provient donc la lettre reçue par l’imam et de qui ? Est-ce un hoax ou un autre canular de mauvais goût? Ou alors cela dénoterait-il, d’un énième désaccord au sommet entre les dirigeants d’Ansar Dine ? Contacté par la presse, l’Imam Dicko assurait qu’il s’agissait bien d’une lettre authentique signée par Iyad lui-même, fruit d’après lui, de plusieurs de ses correspondances qu’il avait adressées au chef d’Ansar Dine pour un cessez-le-feu : « Absolument. Je pense bien qu’elle vient de Iyad Ag Ghali. Ils acceptent vraiment d’aller vers ça. Puis ensuite la libération des militaires maliens qu’ils ont en mains ». Mais l’attaque d’une base de l’armée française à Kidal seulement 24 heures après avec la destruction de deux hélicoptères vint nous ramener brutalement à la sordide réalité. Ansar Dine n’a point l’intention de s’attendrir en vue d’un hypothétique cessez-le-feu. Quelques heures plus tard, dans un communiqué transmis à l’agence d’information mauritanienne «Al-Akhbar », Ansar Dine affirme qu’il n’acceptera jamais ni trêve ni cessez-le-feu avec le Gouvernement du Mali qu’il qualifie d’«apostat ». Il y exprime même son étonnement de voir attribué ces allégations à l’Imam Dicko.
Hostilité un jour, hostilité toujours. 24 heures avant, l’agence d’information de Daech déclarait qu’Abou Al-Walid Al-Sahraoui, chef d’une branche d’AQMI qui sévit au nord du Mali et au sud de l’Algérie avait prêté allégeance au chef tout puissant de Daech, Aboubacar Al-Baghdadi. Ce qui rend désormais officielle la présence de l’EI sur le territoire nord malien mais aussi sur le territoire algérien.
Abdel Malek Droukdel d’AQMI, Iyad Ag Ghaly d’Ansar Dine, Abou Al Walid Al Sahraoui de l’EI, Mokhtar BelMokhtar, Aboubacar Al Baghdadi, tous ces émirs du terrorisme extrémiste, s’ils ont en commun la fibre exacerbée de la haine de l’occident le tout enrobé dans une lecture erronée des textes sacrés de l’Islam, n’en sont pas moins rivaux. Jusqu’au début de l’année, bon nombre d’experts en terrorisme présentaient le Sahel comme la chasse gardée d’AQMI en plus d’autres groupuscules alliés tels qu’Ansar Dine. Mais de plus en plus, Daech fort de ses moyens financiers semble être la multinationale du terrorisme qui monte. Après Boko Haram au Nigéria, le tour fut donc à Al Mourabitoune de se détourner de son ex-allié AQMI pour l’EI. La rupture semble désormais consommée entre Bel Mokhtar et Al Sahraoui. Ce dernier, comme son nom l’indique est un ancien de l’armée du Polisario qui transita par le MUJAO puis par AQMI avant de se joindre à Daech.
Quant aux FAMA, elles devront continuer leur montée en puissance afin d’être capable de faire face au péril du terrorisme d’où qu’il vienne. Le défi sécuritaire est celui que devra résoudre l’Etat malien en priorité. Il faudra bannir toute idée de négociation avec des individus sans foi ni loi, s’armer et bien s’équiper afin de ne plus reproduire la grave erreur d’un passé récent de négliger notre outil de défense qui a failli couter jusqu’à l’existence même de la nation malienne.
Ahmed M. Thiam
thiam@journalinfosept.com | lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Remaniement ministériel: Devons-nous nous attendre à un retour des militaires aux postes régaliens de l’État ?

L’un des problèmes du gouvernement de l’acte I de Moctar Ouane était aussi la forte …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils