dimanche 16 juin 2024
Accueil | Politique | LE MINISTRE DE LA JUSTICE POUR AVOIR REDONNE ESPOIR A TOUT UN PEUPLE: Me Malick Coulibaly est l’homme de l’année 2019

LE MINISTRE DE LA JUSTICE POUR AVOIR REDONNE ESPOIR A TOUT UN PEUPLE: Me Malick Coulibaly est l’homme de l’année 2019

Nommé Ministre de la Justice, Garde des Sceaux dans le gouvernement de Boubou Cissé, lui-même mis en place à la faveur d’un Accord politique de gouvernance, signé entre une partie de l’opposition et la majorité, Me Malick Coulibaly est indéniablement le ministre qui aura marqué l’année 2019. Par ses actions, il a donné espoir à un peuple qui cesse d’avoir confiance en  ses dirigeants. Par les résultats obtenus, en si peu de temps, dans la lutte contre la corruption et la délinquance financière et le fait d’avoir sifflé  la fin de la récréation permanente de l’impunité,  Me Malick Coulibaly passe aujourd’hui pour être le meilleur Ministre de la Justice de l’ère démocratique. On lui doit non seulement la relative stabilité sociale, mais aussi et surtout, la bonne image que les usagers commencent à avoir de leur justice. Victime des assauts répétés des vampires de la République qui veulent sa peau, IBK n’a-t-il pas intérêt à garder Me Malick Coulibaly à ce poste pour redorer son blason ? L’opinion nationale comme internationale va-t-elle accepter le départ de Malick, ni du poste de Ministre de la Justice encore moins du gouvernement ? Voici le parcours d’un homme de foi et de conviction.

Le  Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Malick Coulibaly, est né le 14 octobre 1971 à Bamako. Après son BAC en série langues et littérature, il entre à l’Ecole nationale d’administration du Mali (ENA) où il passe une maîtrise en droit privé. Ce diplôme lui ouvre les portes de la faculté de droit de Paris X Nanterre en 1999, puis celles de la faculté de droit de Montpellier où il obtint un DEA en droit privé fondamental et un doctorat en droit privé et sciences criminelles.

Malick Coulibaly a été successivement chef du Département d’études et de recherches (DER) de droit à l’université Mandé Bukari d’octobre 2004 à juin 2009. Il a aussi été chargé de travaux de cours magistraux et de travaux dirigés à la Faculté de sciences juridiques et politique de Bamako (FSJP) où il enseigna le droit civil, le droit des obligations et de biens, le droit de successions et régimes matrimoniaux etc.

Il fut substitut du procureur de la République près le Tribunal de première instance de Kati jusqu’en septembre 2008. Il y était chargé des orientations des PV d’enquête préliminaire, l’analyse des plaintes, l’audition des personnes, le contrôle de la régularité des mesures de garde à vue, le règlement des dossiers d’information. Il y représentait le ministère public à l’audience correctionnelle et veillait à l’exécution des décisions de justice. En 2008, il demissionne de la magistrature, pour signifier son mécontentement contre la non execution d’une décision judiciaire. L’affaire fait alors grand bruit. Il se reconvertit dans la consultation privée.Jusqu’à sa nomination, Malick Coulibaly était expert en formation en droit humain au Programme d’appui conjoint des Nations unies à la promotion des droits humains et genre (PCDHG). Le nouveau ministre est l’auteur de nombreuses publications dans le domaine judiciaire parmi lesquelles on retient «les voies de recours extraordinaires en droit malien »; « la saisie immobilière selon le droit communautaire OHADA »; « la criminalité chez l’adolescent au Mali ».

Après ce brillant parcours, le Ministre de la justice garde des Sceaux a bâti une image, celle d’un homme integre et soucieux du bien-être social.  A la tête du Département de la justice après que le Mali ait été classé à un rang qui frise l’humiliation, en termes de corruption et de délinquance financière, Malick Coulibaly a redonné confiance.   Ce qui a fait la renommée du Ministre de la Justice, c’est non seulement le grand balayae au sein de la justice en mettant les hommes et les femmes d’une certaine intégrité morale en pôles positions pour rendre véritablement le droit, mais aussi et surtout, l’arrestation de grandes grandes personnalités de la République qui se croyaient intouchables. Parmi lesquelles,  l’indéboulonnable Maire du District, Adama Sangaré, cet autre  grand baron du parti au pouvoir et de surcroit president de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM) Bakary Togola  et une pleiade de maires et de cadres présumés délinquants financiers et/ou fonciers.

Youssouf Sissoko INFO SEPT 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

RENFORCEMENT DU PARC INDUSTRIEL MALIEN: L’Huicoma relancée après la Comatex et l’Umpp pour asseoir la souveraineté économique ?

La semaine dernière, la Compagnie Malienne de Textile (COMATEX) a officiellement repris ses activités de production après …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils