mercredi 30 septembre 2020
Accueil | Politique | La valorisation de l’outil de défense, une réalité au Mali : La dignité des soldats tombés réhabilitée !

La valorisation de l’outil de défense, une réalité au Mali : La dignité des soldats tombés réhabilitée !

Conformément à la Nouvelle Loi d’Orientation et de Programmation Militaire(LOPM) et aux dispositions de l’Ordonnance n° 2016 – 020/P-RM du 18 août 2016 portant statut général des militaires, le sacrifice de chaque soldat tombé sur le champ d’honneur sera reconnu à sa juste valeur par la Nation au profit de ses ayants droits. Le militaire tombé sous le drapeau est élevé immédiatement au dernier échelon de son grade supérieur, sa famille bénéficiera de dix ans de salaire de ce grade. La Nation lui est plus que jamais reconnaissante !
La valorisation de l’outil de défense n’est aucunement une affaire de second couteau chez les plus hautes autorités du Mali. Le président de la République dans son adresse à la Nation à l’occasion du Nouvel An a exprimé toute sa préoccupation face à cette nouvelle forme de guerre asymétrique imposée à notre pays et à son armée en déclarant, tout particulièrement : « Et, chaque fois que tombe un soldat de notre armée nationale ou ceux des nations étrangères venus à notre secours, je me torture la mémoire, des jours durant, à imaginer tout ce que nous aurions pu faire, à cet endroit précis, pour prévenir le fléau, jusqu’à ce qu’il nous tombe dessus, ailleurs ».
Pour de nombreux observateurs il serait difficile de venir à bout de ce fléau sans une armée forte, dotée d’hommes et de femmes imbus de la conscience unique que le sacrifice pour la Nation n’est jamais vain. Surtout lorsqu’en retour l’Etat a réuni toutes les conditions pour cela. Le véritable jalon mis en place à cet effet, constitue la nouvelle Loi d’Orientation et de Programmation Militaire(LOPM), un arsenal juridique fort, consistant et confortant pour valoriser l’outil de défense national. Il s’articule autour de trois axes.
Le premier axe vise à construire l’armée de nos besoins, capable de défendre partout et à tout moment la Nation.
Le deuxième axe de cette loi, non moins important, prend en compte le soldat lui-même : ses conditions de vie et travail, la moralisation du recrutement ; l’objectif étant de susciter des vocations afin de doter notre armée d’hommes et de femmes prompts à relever le défi.
En ce qui concerne le troisième axe sur lequel se fonde la LOPM, il propulse les forces armées maliennes au niveau des armées bien organisées pour faire face à l’évolution de la menace qui pèse sur le monde aujourd’hui.
La reforme de l’outil de défense constitue une préoccupation majeure de l’actuel régime. Pour ce faire, le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéna Coulibaly, est bien sur un terrain connu. C’est pourquoi il ne ménage aucun effort pour réussir sa mission, conformément aux orientations politiques du président Ibrahim Boubacar Kéita. L’on se rappelle son cri de cœur devant les députés pour inviter les uns et les autres à moraliser le recrutement au sein des FAMas, afin que l’armée malienne ne soit plus « l’armée des fils à papas, dorlotés, choyés, inaptes au service ». Dans la même veine, devant toujours les élus de la Nation il a défendu et réussi en mai 2017, le vote à l’unanimité du projet de loi de ratification de l’ordonnance n° 2016 – 020/P-RM du 18 août 2016 portant statut général des militaires.
Faut-il le rappeler, cette ordonnance vise à combler des insuffisances relevées par les députés sur la LOPM. Elle complète les grades de la hiérarchie générale dans l’armée et précise les conditions de recrutement, les règles d’exercice des droits civiques et politiques, les obligations et responsabilités, les modalités de rémunération, de couverture des risques et de notation. De même, elle traite les aspects organisationnels du renforcement des capacités de la ressource humaine militaire, telles la formation, les modalités de nomination et d’avancement ainsi que les positions statutaires. Le même texte de loi prend en compte, de façon efficiente, la consolidation du dispositif institutionnel de prise en charge des militaires ainsi que leurs familles en temps de crise.
« Que chaque fois qu’un militaire tombe sur le champ d’honneur, la Nation lui soit reconnaissante » soutient le ministre de la Défense et des Anciens Combattants. Tout soldat, selon Tiéna Coulibaly, qui tombera sur le champ d’honneur, sera élevé au dernier échelon de son grade supérieur ; ses enfants et leurs mères bénéficieront de dix ans de salaire de ce grade attribué.
Ceux qui se plaisent à publier le bilan macabre de nos forces armées, doivent désormais se dire que toutes les grandes nations ont subi de telles épreuves avant d’atteindre leur place dans le concert des nations puissantes.
Pour un soldat d’un pays affecté par une telle menace, la meilleure des reconnaissances est celle de la patrie. Et sans nul doute, sur ce terrain, nos plus hautes autorités ne lésinent pas sur les moyens.
Moustapha Diawara LE SURSAUT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Nomination du Premier Ministre : Des accusations graves contre Moctar Ouane

En pleine formation de l’organe de la transition, les critiques de dénigrement fusent sur Moctar …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils