samedi 4 avril 2020
Accueil | Politique | KARIM KEITA, MOUSSA TIMBINE ET MAMADOU DIARASSOUBA, TROIS PRETENDANTS AU PERCHOIR: Et si tous les trois venaient à être recalés ?

KARIM KEITA, MOUSSA TIMBINE ET MAMADOU DIARASSOUBA, TROIS PRETENDANTS AU PERCHOIR: Et si tous les trois venaient à être recalés ?

Après avoir neutralisé Bocari Tréta qui s’est battu sans succès pour être sur une liste aux élections législatives  et après avoir  relégué au second plan le Président de l’Assemblée nationale, à cause de sa gestion chaotique pendant près de huit ans, trois candidats à la députation semblent nourrir l’ambition de succéder à Issiaka Sidibé. Les trois prétendants que sont  Karim Keita,  Moussa Timbiné et  Mamadou Diarassouba pourraient ne pas revenir à l’hémicycle, ce qui ouvrirait un vaste boulevard au Président sortant Issiaka Sidibé qui rempilera pour un second mandat à la tête de l’Assemblée Nationale. Pourquoi  veulent-ils vendre la peau de l’ours avant de l’avoir abattu ? Ne sont-ils pas en mauvaise posture dans leurs bases ?

Les élections législatives, prévues pour le 29 mars 2020, risquent de surprendre plus d’un, tant les enjeux sont grands. En même temps, certains caciques rêvent déjà d’une bonne moisson, alors même  que le régime est en perte totale de vitesse. Pour ces législatives, trois députés sortants, tous issus du parti majoritaire, cherchent non seulement à revenir à l’hémicycle, mais aussi et surtout prétendent  au plus haut poste de l’Assemblée Nationale, à savoir la présidence.

Karim Keita, député élu en commune II, Président de la Commission Défense, fils du Président de la République  et gendre du Président de l’Assemblée Nationale, veut succéder à son beau-père. Mais, pour arriver à cette étape, il devrait franchir d’abord le Rubicon de la Commune II. Sa liste est l’une des plus gagnantes car composée de l’ADEMA, du MPM et du RPM, qui ont la faveur des pronostics. Cela, si et seulement si la campagne de sensibilisation des familles fondatrices à voter contre Karim Keita  ou bien celle  de dénigrement  contre cette liste  ne prospérait pas. Il est à redouter que la succession dorée tant rêvée du fiston national, risque de se transformer en cauchemar pour lui. La liste de Karim Keita pourrait  échouer en faveur d’autres plus crédibles et qui ne traineront pas autant de bruits de casserole derrière elles. Sinon, il est le grandissime favori parmi les trois prétendants

Quant à Moussa Timbiné, il est le premier vice-président de l’Assemblée et député élu en comme V du District de Bamako. L’appétit venant en mangeant,  il a non seulement, comme Karim Keita, l’ambition de briguer un second mandat, mais aussi et surtout, prétendre au poste de Président de l’Assemblée Nationale. C’est pourquoi, il s’est farouchement opposé à la candidature du Président du Parti des tisserands, Dr Bocari Tréta en commune V. En gagnant la bataille de la constitution de liste, surtout contre celui qui était susceptible de lui barrer la route, il devrait être aux anges pour avoir franchi un grand obstacle. Mais ce qu’il feint d’oublier, c’est le risque qu’il a pris en allant seul alors qu’il a en face de lui des grandes alliances comme celle de l’ADEMA- URD- ADP Maliba. Donc, il aura à faire avec des  concurrents de taille qui pourraient prendre le dessus sur lui. Son ambition risque de se transformer en illusion s’il  venait à échouer.

S’agissant de Mamadou Diarassouba, il est le député élu de la circonscription de Dioila, questeur de l’hémicycle et aspire maintenant  à la haute marche de l’Assemblée Nationale, à savoir la présidence. S’il est bon d’être ambitieux, l’humilité recommande de se rendre à l’évidence, M. Diarassouba en plus d’être maître du premier cycle, ne semble pas avoir le charisme qui sied pour occuper un tel poste. Pourra-t-il relever le défi de sa réélection quand on sait qu’il a en face de lui une forte coalition comprenant entre autres, le MODEC, l’URD, l’ADP Maliba pour ne citer que ces formations politiques.

Si ces trois caciques du RPM venaient à échouer, le Président Issiaka Sidibé pourra s’estimer heureux et briguer un second mandat à la tête de l’Hémicycle, non pas parce qu’il a un bon bilan, mais parce qu’il sera non seulement  le candidat par défaut, mais aussi et surtout, on demandera l’indulgence des uns et autres pour qu’il fasse son dernier mandat, comme Ali Nouhoum Diallo sous Alpha Oumar Konaré.

Youssouf Sissoko

Malick Diancoumba

Voir aussi

Lutte contre le terrorisme au Sahel : Bientôt le lancement de la force Takouba

Le sahel va bientôt être doté d’une nouvelle force antiterroriste. 11 pays européens ont officialisé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils