samedi 2 juillet 2022
Accueil | Société | Jeunesse de Koulikoro sur l’Affaire Huicoma : Pas d’élections dans la Région avant la restauration de l’usine

Jeunesse de Koulikoro sur l’Affaire Huicoma : Pas d’élections dans la Région avant la restauration de l’usine

A Koulikoro, un mouvement de jeunes est en train de monter sur le front social avec comme plate revendicative le développement de leur Région en commençant la restauration de leur Huilerie, Huicoma, en arrêt depuis plus de 7 ans maintenant. Ce, à la suite d’une privatisation frisant de dilapidation pure et injuste des Biens de l’Etat au profit d’un clan d’entrepreneurs privés de mauvaise foi.

A l’heure actuelle, au plan socio-économique, la Région de Koulikoro est plongée dans une morosité financière qui ne dit pas son nom. Jusque-là, toutes les démarches auprès des autorités nationales pour faire relancer cette usine au profit des populations locales sont vouées à l’échec. D’où, la nouvelle exigence des citoyens : «Sans la relance de notre usine, pas d’élections dans toute la Région de Koulikoro».

Suite à une analyse sans complaisance de la situation socio-économique de la Deuxième Région du Mali, il est établi que le phénomène de pauvreté et/ou de paupérisation va de mal en pis depuis la liquidation de leur principale usine, l’Huicoma. Pour inverser la tendance, les populations de la cité du Meguetan conditionnent la tenue des prochaines élections générales dans leur Région à la relance effective de cette unité industrielle par laquelle se passait le salut public d’antan. Car, à l’avis des nostalgiques des beaux vieux, ce fleuron industriel était le grand poumon de l’Economie de la Région. Donc, en aucun cas, il ne devait disparaitre comme ça sans aucune mesure d’alternative ou d’accompagnement au profit de ses travailleurs et de l’ensemble des populations locales. Aujourd’hui, les jeunes, les femmes, les ex-employés de l’usine, ce sont toutes les couches socioprofessionnelles de la Région qui sont frappées à plein fouet par le double phénomène de chômage et de paupérisation. Pourtant, l’actuel Régime avait fait promesse de créer 200.000 emplois à l’horizon 2018. Des promesses qui se sont avérées vaines. Or, à l’époque, rappelle-t-on du côté de Koulikoro, l’Huicoma employait plus de 3000 personnes. Donc, c’est ainsi qu’il a été décidé, par ce mouvement de jeune génération, de faire quelque chose afin que leur usine, qui jouait le rôle d’une véritable vache laitière pour leur Région, soit restaurée avant l’échéance électorale de 2018.   Dans cette perspective, il est prévu, pour ce Week-end, à Koulikoro, un évènement majeur sur l’initiative des jeunes et des femmes. Leur objectif est de voir leur usine revenir à l’Etat malien qui l’avait bradé avec seulement une modique enveloppe de 20 milliards de francs CFA au profit du Groupe Tomota, l’actionnaire principale, et la Compagnie Malienne du Développement des Textiles (CMDT). «Mieux vaut tard que jamais pour une cause aussi noble pour notre usine», estime un leader des jeunes. Et de conclure en ces termes: «Dans le cas contraire, nous allons nous apposer à l’organisation et à la tenue des échéances électorales à venir dans notre, Région. Ici, sans la restauration de notre usine, personne ne va voter pour personne. La marche de ce week-end donnera l’avant goût du combat que les jeunes et les femmes de Koulikoro comptent livrer aux autorités maliennes qui ont intérêts à agir à temps». A bon entendeur, salut !

Mohamed BELLEM: LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

SÉCURITÉ ROUTIÈRE: Le port du casque obligatoire à partir du 15 août 

  Pour la sécurité des usagers de la route, le port du casque entrera en …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils