jeudi 2 décembre 2021
Accueil | Société | Installations des autorités intérimaires : Le Groupe de Travail se réunira du 6 au 9 février prochains
Portrait of Mahamat Saleh Annadif (SRSG-designate, UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali [MINUSMA])

Installations des autorités intérimaires : Le Groupe de Travail se réunira du 6 au 9 février prochains

Le Comité de suivi de l’Accord pour la paix issu du processus d’Alger, à l’issue de sa session ordinaire les 30 et 31 janvier derniers, s’est penché sur la question d’installation des autorités intérimaires. L’information émane du premier responsable de la MINUSMA, le Tchadien Mahamat Saleh Anadif.

Annoncées comme maillon important dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, issu du processus d’Alger, les mesures d’installation des autorités intérimaires qui avaient fait couler beaucoup d’encre et de salive peuvent probablement voir le jour très prochainement. L’information émane du Patron de la MINUSMA au Mali, Mahamat Saleh Anadif, lors de la session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) à Bamako. Il a fait savoir que la question a déjà discutée avec le gouvernement. Et, à ce jour, il est heureux de constater qu’à son avis certain cette question pourrai faire, dans les jours à venir, objet d’une mise en œuvre effective. «Ce qui nous permettra réellement d’aller de l’avant», a-t-il conclu.

Au-delà du feu vert de l’Assemblée nationale, la classe politique malienne ; singulièrement, l’opposition, avait vu en cela également une division du pays qui ne dit pas son nom. On se rappellera, à ce niveau, que c’est, pourtant, à cause de l’installation des autorités intérimaires qu’une portion des populations du Nord avait manipulée et poussée à la révolte. Cependant, il se trouve actuellement que ce sont les mêmes pêcheurs en eaux troubles qui crient sur tous les toits du Mali et qui vont jusqu’à orchestrer, à ce propos, d’autres tensions.

De causes et effets similaires, ils menacent de céder aux tentatives de partition du territoire national au profit des assaillants. Et voilà le communiqué sanctionnant les assises du Comité de Suivi de l’Accord. En application des dispositions du chapitre 19, en ses articles 57, 58, 59, 60, 61 et 62 de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale au Mali, issu du processus d’Alger et son Règlement intérieur, le CSA a tenu sa 15e session à l’ex-CRES, les 30 et 31 janvier 2017.  Après avoir examiné et adopté les points inscrits l’ordre du jour soumis à la session, le Comité s’est penché essentiellement sur la préparation du processus de mise en place des autorités intérimaires. Cela, afin de maintenir la dynamique de mise en œuvre de l’Accord de paix et d’assurer la présence effective de toutes les parties signataires dont la Médiation internationale qui a déjà entrepris des concertations séparées avec les délégations du Gouvernement, de la CMA, et de la Plateforme  et a eu une séance de travail avec le Médiateur de la République, Président de la Commission préparatoire et Président de la Conférence d’Entente Nationale. Lors de ces consultations, les parties signataires ont réitéré leur engagement pour la mise en œuvre de l’Accord. A l’issue de ces concertations, la Médiation internationale, conformément à l’article 52 de l’Accord pour la paix, a décidé de la mise en place d’un Groupe de Travail avec la participation des Représentants  du Gouvernement, de la CMA et de la Plateforme.

Sous  l’égide du Président du CSA, le Groupe de Travail se réunira du 6 au 9 février prochains, ici à Bamako, pour la préparation du CSA ministériel qui se tiendra également ici à Bamako. Toutefois, la date du CSA au niveau ministériel  sera communiquée ultérieurement.

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Polygamie : Des femmes  témoignent sur comment elles en ont été informées

  Au Mali, le code de la famille prévoit l’option du régime polygamique pour un …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils