mardi 30 novembre 2021
Accueil | Société | Insécurité transfrontalière : Des camionneurs marocains ont essuyé des tirs sur l’axe Sikasso-Abidjan

Insécurité transfrontalière : Des camionneurs marocains ont essuyé des tirs sur l’axe Sikasso-Abidjan

Dans la nuit de samedi 27 à dimanche 28 août, aux alentours de 21h, cinq camions marocains ont été pris pour cible par un groupe d’individus armés non identifiés alors qu’ils traversaient la frontière malienne, à destination de la Côte-d’Ivoire. Les camionneurs qui auront passé une dizaine d’heures sous les baïonnettes, ont été dépossédés des marchandises qu’ils transportaient et de tous leurs biens.

 

L’insécurité sur les routes n’est donc pas que l’apanage du nord Mali où les syndicats des transporteurs ont fini par entamer une grève de deux semaines pour dénoncer les exactions dont ils sont victimes sur l’axe routier Gao, Ménaka via la localité d’Ansongo. Elle se transpose au Sud également où la dernière preuve a été l’attaque subie par les camions marocains desservant Abidjan. Dame chance ayant souri, selon nos sources, les chauffeurs, pris en otages pendant plusieurs heures et délestés de leur argent, s’en sont sortis indemnes.

L’information a été confirmée par le quotidien marocain Assabah d’hier mardi 30 août, qui cite les témoignages d’une des victimes de cette attaque transfrontalière: «Ils (les camionneurs marocains) ont été surpris, tandis qu’ils roulaient sur une route secondaire bitumée, par des tirs nourris à balles réelles qui visaient les roues et les parties avant des camions. Tous les camions ont alors freiné net, avant que les chauffeurs ne se jettent sous les châssis afin d’éviter les rafales d’armes automatiques».
Selon les témoignages de Mohamed Badr Kanaoui, un autre chauffeur cité par le quotidien, ce sont plusieurs assaillants, en tenue militaire et échangeant des ordres dans un langage prétorien (Ok capitaine, d’accord chef…), qui sont venus les sortir de leur planque.
Les cinq chauffeurs (Badr Kanaoui, Aziz El Ghyra, Salah Raef, Lahcen Ahmed et Jamal Ahmami) ont finalement été retenus en otages pendant une dizaine d’heures, délestés de leur argent, de leurs téléphones portables et des marchandises qu’ils transportaient.

Selon nos sources, le dimanche dernier, à l’aube, l’un des assaillants, qui était resté sur place pour couvrir la fuite de ses complices, a remis aux otages marocains les téléphones portables et les clés des camions, en leur ordonnant, sous la menace de son arme, de quitter immédiatement les lieux.

Selon Assabah, le Ministère marocain des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale et son homologue des Transports ont été saisis par les professionnels marocains du Transport international routier (TIR) entre le Maroc et les pays de l’Afrique de l’Ouest, ainsi que par la Fédération marocaine du transport routier et portuaire. «Il s’agit de les inciter à prendre, avec leurs homologues subsahariens, les mesures qui s’imposent en vue de sécuriser le commerce routier transafricain qui reste primordial dans les échanges économiques entre les pays du continent», peut-on lire dans les colonnes de ce confrère marocain.

Katito WADADA : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Polygamie : Des femmes  témoignent sur comment elles en ont été informées

  Au Mali, le code de la famille prévoit l’option du régime polygamique pour un …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils