mardi 18 mai 2021
Accueil | Important | Inceste politique dans la probabilite des communales du 20 novembre 2016 : Des alliances contre nature fleurissent partout entre Majorité et Opposition

Inceste politique dans la probabilite des communales du 20 novembre 2016 : Des alliances contre nature fleurissent partout entre Majorité et Opposition

On aura tout vu dans la constitution des listes de candidature pour les élections communales du 20 Novembre 2016. Alors que l’Opposition et la Majorité sont à Hue et à Dia non seulement sur la loi électorale, pour l’annulation de laquelle le groupe parlementaire Vigilance Républicaine et Démocratique de l’Opposition a déjà saisi la Cour Constitutionnelle, mais aussi et surtout sur bien d’autres sujets d’intérêt national. Au Mali profond les militants des différents partis, toutes obédiences confondues, s’activent et font des coalitions contre nature avec d’autres militants en fonction de leurs intérêts personnels en faisant fi du combat au sommet entre les différentes tendances politiques. Le Mali a-t-il une culture du jeu démocratique avec une majorité qui gouverne et une opposition qui critique dans les règles de l’Art ? Les partis politiques ont-ils respecté le quota genre ? Regard sur ces différentes combinaisons sur le terrain qui font tant surprendre.
La date limite de dépôt pour les dossiers de candidature aux élections communales était le jeudi 06 Octobre 2016 à minuit. Les partis politiques de la Majorité comme ceux de l’Opposition se sont conformés à ce « deadline » pour ne pas être forclos. Pour rappel, après la convocation du collège électoral par le gouvernement, les partis politiques de l’Opposition ont demandé le report car disent-ils, les causes qui ont été à la base des reports successifs demeurent toujours d’actualité. Mais qu’à cela ne tienne, ils ont constitué leurs listes tout comme les partis de la Majorité évitant la politique de la chaise vide. Donc, les listes ont été constituées sans qu’aucun parti n’ait donné des consignes référentielles ni idéologiques pour éviter les alliances contre nature. Sinon, comment expliquer une alliance RPM-URD à Goundam, alors que ces deux partis sont les têtes de proue de la Majorité et de l’Opposition ? Que dire aussi d’un mariage ADEMA-URD à Kayes alors qu’à l’Assemblée Nationale les deux sont opposés. A quoi ressemble une union ASMA-CFP- URD et PRVM Faso KO dans la commune de Logo à Kayes ? Ces alliances prouvent à suffisance que la scène politique malienne n’est pas bipolarisée et que les partis politiques sont loin d’être opposés tant sur le plan idéologique que culturel. Le jeu démocratique, au regard de ce qui se passe sur le terrain, semble être l’affaire des élites au sommet de l’Etat, mais à la base il reste avant tout un jeu d’intérêts locaux.
A l’opposé des alliances contre nature, le grand enjeu de ces élections est sans nul doute le respect de la loi sur le genre imposant le quota d’au moins 30% de femmes sur les listes de candidature au risque d’invalidation. Ce qui est au demeurant à déplorer, c’est la rareté des ressources de la gente féminine surtout dans les communes rurales, mais aussi et surtout de sa disponibilité, souvent de sa liberté, à s’occuper des affaires politiques de la cité en dehors de ses nombreuses charges familiales. L’autre facteur défavorisant les femmes serait la pesanteur socio culturelle qui les relègue injustement au second plan créant en elle ce complexe d’infériorité qui les empêche tant de prospérer en politique. Combien de leaders politiques maliens ont leurs femmes dans les bureaux des organes de leurs propres partis ?
En définitive, la démocratie malienne a besoin de bâtisseurs politiques et idéologiques. Les règles et grands principes qui sous-tendent ne sont pas encore entrés dans les mœurs de la pratique démocratique. Les partis politiques ont la lourde responsabilité de former leurs militants comme l’exige la charte des partis et la loi électorale. Pour le renforcement de la démocratie, l’Etat devrait en imposer son respect et conditionner son aide aux partis politiques au prorata du nombre de militants formés et qui ont une conscience élevée tant politique que civique.

Youssouf Sissoko
youssouf@journalinfosept.com| INFO SEPT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Manque de confiance entre populations et politiques: Quelles en sont les raisons ?

L’incrédibilité des politiques maliens telle semble être la réalité. Pourquoi ? Cette dégradation des mœurs …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils