lundi 6 décembre 2021
Accueil | Politique | IBK chez Hollande : Une visite sous le signe des Amitiés franco-maliennes bien ordonnées

IBK chez Hollande : Une visite sous le signe des Amitiés franco-maliennes bien ordonnées

Le Président IBK vient encore d’effectuer un bref séjour en France. Etait-ce encore un agenda de mise en scène qu’offre cette visite du leader malien à l’Elysée ? On se perd en conjectures. Ce nième voyage ouvre une autre raison des amours parce que nous appelons une rentrée politico-diplomatique et qui coïncide avec ce point de la semaine où on a recommencé à tirer dur sur les casques bleus à Aguelhok et à Tombouctou et où nos affaires de santé politique n’étaient pas au mieux. Témoin : la marche de l’opposition le week-end dernier… Tandis que les Maliens sont toujours dans leur mélancolie nationale, le Président Hollande ouvre un bureau des états d’âme…

 

L’homme a deux yeux pour voir le monde, nous dit un adage ancien. Le Président Hollande a encore à dire des choses et on pourra -ou on ne pourra pas- admirer la résistance au temps de ses propos. Quoique dise. A chaque étape de notre marche commune, le Président Hollande a été dans ses certitudes et ses doutes, un homme sincère. Hollande nous offre ici une dictée de la méthode. Il ne le dit pas encore, mais c’est tout comme Lundi dernier, un communiqué élyséen nous apprenait que le président Hollande s’est entretenu avec son homologue IBK en déplacement privé en France. Ils (les deux) sont convenus d’approfondir encore la coopération civile et militaire bilatérale. Hollande a confirmé la volonté d’accompagner le redéploiement de l’Etat malien sur l’ensemble du territoire national et a réaffirmé la disposition des forces françaises à accompagner les FAMA dans les patrouilles mixtes. Un effort substantiel est annoncé. C’est en faveur du développement du Mali et il sera réalisé, au niveau européen, dans le cadre du Fonds judiciaire d’urgence en faveur de la stabilité et des causes profondes des migrations et des personnes déplacées en Afrique…

Enfin, les deux Chefs d’Etat ont parlé de la préparation du Sommet Afrique- France prévu pour janvier 2017, ici à Bamako.

Une force habite-t-elle encore la France, elle ne nous livre pas encore la clé

Nous voyons ici une réaffirmation de principe plutôt qu’un repositionnement. Le seul glissement de vérité : l’application des Accords signés. Nous en sommes réduits à trouver des solutions d’urgence face à l’incursion mortelle des djihadistes qui frappent où bon leur semble. A quoi bon faire des prévisions quand, depuis la signature des Accords, toutes celles que nous avons souhaitées se sont révélées exagérées ? Nos amis français excellent dans un travail savoureux de petits propos lâchés. Seulement, voilà, la belle mécanique n’a pas su jusqu’ici lire l’avenir de l’après signature des Accords. Si le dernier diagnostic de Hollande est brillant sur notre crise existentielle, elle ne dépasse pas la base du constat chez nous autres. On dira que le Président Hollande a rassuré. Etait-ce une pensée en mal de point de chute ? L’ennui avec les Français ? C’est que le mot frontière est un mot borgne dans ce monde de nos négociations. Devinez avec qui ? Les deux groupes opposés à Kidal ont montré que la polarisation guerrière est un non-sens en matière de violences politiques. On veut bien croire que le futur des Accords pour la paix est en marche. Ne serait-ce pas l’histoire de l’évolution d’une pensée ou d’un glissement ? Il faut savoir compter la peine des hommes et évoluer le prix des choses. Bamako et la CMA ne sauraient être du même pesage… Des fautes incombent et il faut le savoir. Aujourd’hui, Bamako en a marre d’un certain «mésusage».

KONE: LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Sommet de la CEDEAO du 12 décembre: Va-t-il accoucher de nouvelles sanctions ?  

     Après avoir interdit de voyager à plus de 140 personnalités dans le pays, excepté …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils