mardi 20 avril 2021
Accueil | Politique | Gouvernement taille XL 35 : L’actuelle équipe compte 27 anciens ministres

Gouvernement taille XL 35 : L’actuelle équipe compte 27 anciens ministres

Cherche-t-on l’ouverture politique, ou serait-ce la fermeture des possibles ? Dès le départ, on se posera la question de savoir si nous sommes devant un affichage marketing avec ce gouvernement XL de 35 membres. Le Chef du gouvernement, M. Maïga cherchera à réveiller un réflexe unitaire car son équipe peut redouter d’être contraint à la figuration d’ici un terme de 15 mois au plus…

 

Le Président IBK a introduit une tradition politique faite d’enracinement, de mémoire et de modération. Cependant, la petite musique d’ambiance entendue sur ce gouvernement qui vient d’être mis en place cache une audace en berne, pour l’heure. On ne peut qu’avoir une tiède dissertation sur quelques idées générales. Un millier d’indicatifs ne feront jamais un impératif a dit un Mathématicien nommé Henri Poincaré… Le gouvernement taille XL 35 vient nous dire que le jour où les politiques préfèreront répondre aux aspirations des citoyens plutôt que de récolter le satisfecit du clergé médiatique et les félicitations de la classe politique, alors ils n’auront plus rien à craindre. Il faut seulement arrêter avec la politique d’une salle du Conseil des Ministres à remplir. Une chose : ce gouvernement croule peut-être sous des ralliements individuels, mais il n’a pas réussi à décrocher des blocs politiques. Exemple: pas de CMA. On leur proposait tel nombre de portefeuilles, ils en redemandaient autant, alors ils ont ostensiblement tourné les talons. Pas de membres de l’opposition républicaine dans les rangs ministériels. Le ténor Soumaïla Cissé tenant à affirmer ne fermer aucune porte, est prêt à prendre part à toutes les discussions dans le cadre républicain.

Un cadrage à mi-chemin

Ceux qui restent ou ont été retenus le sont plus par raison que par passion. Qui va jouer les relais pour la structure politique qui aiderait ensuite à organiser une vraie équipe gouvernementale ? N’oublions pas l’épisode de l’ancienne primature Modibo Kéïta sur la fin. C’est le mardi qu’il présenta sa démission voulant prendre les devants d’une motion de censure à l’Assemblée nationale pour le jeudi qui suivait. Le Président IBK a dû jouer au rabatteur de cartes, demandant à ses propres troupes partisanes de lui fournir une liste de «Premier ministrables».

Autres curiosités : le poids des revenants au gouvernement. Hubert Tiènan Coulibaly revient à l’Administration territoriale dont l’ex titulaire Ag Erlaf avait été éconduit par son échec inavoué dans certains dossiers chauds de l’heure, comme celui des autorités intérimaires au Nord. Ce n’est pas tout : qu’allait-il chercher dans cette galère du Département de l’Education, à la place d’un Professeur éconduit ? Lui suffira-t-il de retrouver les manches ? Et à sa place, quelles seront les processus de Hubert Tiènan Coulibaly dans un petit monde de fonctionnaires, lui qui a toujours évolué dans des structures du privé, à la suite de son honorable père Vieux Moussa Balla Coulibaly ? La Ministre Madeleine Togo n’était pas tout le banc émissaire à sortir que le veau sacrificiel aux créatures de l’opinion, buveuses de sang. Saluons le départ de Me Mountaga Tall, l’un des derniers festifs du mouvement démocratique de 1991. Le serviteur et Ministre Koné qui fuit les dictats d’IBK s’en va après ses états de service. Les Républicains de ce pays sont convaincus que le Mali va retrouver de l’énergie et le sens de l’Histoire brouillée sur le front social où des boulistes de sueur perlent. Le social régulateur et le social distributif relèvent tous du niveau national. D’où cette citation de Kankeleretich (dans ‘’Traité de vertu’’) qui nous vient à l’esprit : «Le courage n’est pas le savoir mais une décision». Si chacun admet la nécessité d’une clarification avec cet attelage gouvernemental, après installation, tous le font sous une forme interrogative. Comme on le voit, le Président IBK n’est pas encore dans un exercice des adieux. Se bat-il pour exister dans l’avenir de 2018 ? Il a tout l’air de s’attacher à une formule : «Toujours rester dans le flot pour prendre le flux… !».

KONE: LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Chérif de Nioro appelle les Maliens: « Ne permettez pas que des lois contraires à l’Islam soient inscrites dans la Constitution »

  Le chérif de Nioro est décidé à ne rien lâcher dans cette affaire des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils