lundi 1 mars 2021
Accueil | Economies | Financement des aménagements hydro-agricoles : La BNDA accorde un prêt de 50milliards de FCFA à l’Etat malien !

Financement des aménagements hydro-agricoles : La BNDA accorde un prêt de 50milliards de FCFA à l’Etat malien !

Pour contribuer à l’atteinte de la souveraineté alimentaire au Mali, le Président directeur général de la Banque Nationale de Développement Agricole(BNDA), Moussa Allassane Diallo et le ministre en charge de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé ont procédé à la signature d’une convention de financement des aménagements agricoles au profit de l’Etat du Mali, remboursable sur une durée de 20ans. C’était dans la matinée du vendredi 25 aout dernier dans la salle de conférence du MEF en présence de plusieurs autres personnalités.
Le Mali dispose d’énormes potentiels en termes de terre arable et d’eau, qui mise en valeur lui permettra de nourrir sa population ainsi que celles d’autres pays. En effet, malgré ces immenses potentialités le Mali, n’est jusqu’à présent pas souverain sur le plan alimentaire. Pour réussir ce pari, il doit mettre l’accent sur le financement de l’agriculture en général, mais de façon spécifique sur les aménagements hydro-agricoles.
Dans son intervention, Moussa Allassane Diallo dira que c’est la première fois dans l’histoire de la politique agricole du Mali, qu’un Gouvernement met en place un tournant historique et décisif dans le financement cohérent et adapté à la couverture des besoins d’investissement dans les aménagements des terres agricoles afin d’augmenter la production et la productivité, le stockage, la conservation et la transformation des produits agricoles.
Selon lui, par cette convention l’Etat s’engage à constituer progressivement un fonds de garantie d’un montant de 50 milliards de FCFA sur une période de vingt ans. Dans cette dynamique, il dira que sa mise en œuvre permettra d’assurer entre autres, la promotion de l’investissement privé agricole, la réalisation de l’autosuffisance alimentaire (Pomme de terre dans une échéance de trois campagnes agricoles).
Soutenant que les difficultés de la mise en œuvre d’une politique agricole cohérente de distribution du crédit sont liées à la production, qui est-elle même aléatoire, il dira que cette convention sera de nature à apporter une réponse structurelle à court, moyen et long termes à la sécurisation du financement bancaire et de la production agricole.
Quant au ministre Boubou Cissé, il s’est dit satisfait de cette signature de convention, qui traduit la volonté de prise en compte de la dimension économique dans les activités de son département. « Je pense aujourd’hui, qu’on est en train de donner un poids à cette dimension économique » a-t-il déclaré. Avant de souhaiter que de telles initiatives se multiplient.
Selon lui, compte tenu de ses potentialités en termes de terre arable et d’eau de surface, l’objectif du Mali dans sa politique agricole doit et devrait demeurer l’atteinte de sa souveraineté alimentaire et faire des surplus de production pour la commercialisation. A ses dires pour l’atteinte de ces objectifs, le Mali doit recentrer son économie sur le secteur de l’agriculture. D’ailleurs, c’est le sens qu’il donne à la signature de cette convention entre la BNDA et l’Etat du Mali pour le financement des aménagements hydro-agricoles.
En plus, selon lui, l’allocation de 15% du budget à l’agriculture par le président IBK, concourt également à l’atteinte de ce même objectif, notamment la souveraineté alimentaire du Mali.
Par Moïse Keïta

Djibril Coulibaly

Voir aussi

L’Afrique francophone, partie la moins endettée du continent

  L’Afrique francophone est d’ailleurs globalement la partie la moins endettée du continent, avec un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils