lundi 4 juillet 2022
Accueil | Société | Fin de mandat de la Minusma : Un renouvellement sur fond de crise

Fin de mandat de la Minusma : Un renouvellement sur fond de crise

Le mandat de la Minusma qui s’achève à la fin du mois de juin prochain, devra, en principe être renouvelé, sans aucune difficulté majeure. Le seul bémol notoire est que certaines discordes devront être aplanies avant de pouvoir parvenir au new look attendu pour cette force onusienne appelée à être beaucoup plus active et réactive sur le terrain. Pour la mise en place effective de sa force d’intervention rapide initialement prévue pour le mois de février passé, le Conseil de Sécurité devra persuader autrement le bataillon concerné sur les dispositifs apprêtés dans le cadre de l’érection de ce camp.

Censée, en effet, être composée d’un bataillon d’environ 650 militaires sénégalais, appuyés par deux hélicoptères, cette force qui n’est toujours pas opérationnelle, fait aujourd’hui objet de tiraillement entre les Responsables sénégalais et l’ONU. La réunion du Conseil de Sécurité des Nations-Unies à laquelle on débattra en mi-juin le renouvellement du mandat de la MINUSMA, va plancher sur le sujet afin de trouver un terrain d’entente avec les Hommes devant constituer cette force de Mopti. D’ici à là, Responsables sénégalais et onusiens se renvoient la balle dans la justification de ce retard de 3 mois déjà, alors que la situation sécuritaire reste alarmante dans le Nord et le Centre de notre pays.

À Dakar, l’on affirme qu’une mission de reconnaissance a été envoyée à Mopti début mai et qu’un « certain nombre de pré requis, concernant notamment les installations dans le camp, devaient être satisfaits » avant que les troupes ne soient déployées.

Du côté de l’ONU, où l’on s’agace de ce retard et de certaines exigences des Sénégalais jugées irréalistes (comme l’installation d’abris blindés pour les hélicoptères), on affirme , au contraire, que le camp est prêt depuis la mi-mars et que toutes les modalités convenues au préalable avec Dakar « ont été respectées ». Malgré ces différends, la situation serait en passe d’être réglée. « Les premiers soldats sénégalais doivent arriver à Mopti courant juin », assure un Haut gradé de la MINUSMA cité par Jeune Afrique.

Le renouvellement du mandat de la MINUSMA qu’on attend ici au Mali à la suite de la mission effectuée du 15 au 17 mai derniers par le Chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix, s’annonce, donc, délicat quand on sait que les enjeux de la nouvelle MINUSMA ne se limitent pas seulement à la force d’intervention rapide qui sera basée à Mopti. D’autres dimensions non des moindres sont également attendues pour la force onusienne. Il s’agit du renforcement de son rôle au sein de la médiation internationale, du développement de sa coopération avec les forces maliennes notamment en menant davantage d’opérations et de patrouilles conjointes et, enfin, son appui des initiatives du G5 Sahel. Le Conseil de Sécurité a, donc, du pain sur la planche dans le cadre du renouvellement du mandat de la mission onusienne la plus périlleuse dans l’Histoire des casques bleus. Les soldats sénégalais n’ont-ils pas alors de bonnes raisons pour se montrer exigeants par rapport à la forteresse de Mopti ?

Katito WADADA: LE COMBAT

 

Rédaction

Voir aussi

TENUE SEXY ET CHICHA AU STATUT WHATSAPP: Un mariage avorté !

Une dame a été coupable de l'annulation du mariage de son frère. Pour cause, elle regardait le statut de la future mariée en présence de la belle-mère. Cette dernière a découvert sa future belle-fille habillée en tenue sexy et fumant de la chicha dans une boite de nuit de la place. 

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils