lundi 10 août 2020
Accueil | INTERVIEWS | Entretien avec Sekouba Donsoba Kouyaté : « Devant la colère d’une grande frange de la population, le Chef de l’État, en père de famille se doit de faire un discours d’apaisement »  

Entretien avec Sekouba Donsoba Kouyaté : « Devant la colère d’une grande frange de la population, le Chef de l’État, en père de famille se doit de faire un discours d’apaisement »  

Depuis la France où il passe une bonne partie de son temps en famille, Son Excellence Fantamady, connu sur le nom de Sékouba Donsonba Kouyaté se prononce sur l’actualité sociopolitique et institutionnelle de son pays le Mali.

Joint au téléphone par notre correspondant résident, Sékouba Donsoba Kouyaté se dit inquiet de la situation du pays qui n’augure pas un avenir meilleur.

En effet, au regard aux crises multiformes qui secouent notre pays, le grand maitre de la confrérie des chasseurs appelés communément Donso, invite le chef de l’État à faire un sursaut d’orgueil afin d’apaiser le climat social.

« J’estime pour ma part que la situation est explosive lorsqu’on sait que le front social semble se remettre en ordre de batailler pour exiger la démission du chef de l’État face à ce qu’il qualifie d’inertie et d’incapacité à gouverner le pays », dira-t-il comme un constat.

À la question de savoir ce qu’il préconise, le frère ainé de la cantatrice Mah Kouyaté N° 2, juge nécessaire que le chef de l’État en sa qualité de père de toute la nation se doit de faire profil bas.

« Depuis la nuit de temps, nos parents utilisaient la parole comme l’arme des forts et des sages pour régler les différends. Nous sommes les descendants des grands hommes qui ont de tous les temps usés de cette approche culturelle et sociale pour calmer les tensions d’où qu’elles viennent et quel que soit sa nature. Il faut à un moment donné, se mettre au-dessus de la mêlée quand on est chef ! » A fait savoir notre interlocuteur téléphonique.

N’est-il pas tard pour redresser la barre quand on sait que l’appel à la mobilisation est déjà consommé et que nous sommes à un jour ?

Face à cette question, notre grand maitre dira qu’il n’est jamais tard pour bien faire et que chacun peut mettre son orgueil de côté pour sauver ce pays qui n’a que trop souvent souffert depuis déjà deux décennies.

« Nous sommes condamnés à tout mettre en œuvre pour ne pas que notre beau pays sombre dans un chaos indescriptible ! Autrement dit, ceux qui dirigent doivent comprendre le cri de cœur des populations qui traversent une période très difficile. Les problèmes, lorsqu’ils s’accumulent, finissent par causer une cacophonie dont personne ne tient les bouts. La crise sécuritaire du nord au sud en passant par le centre du pays a fait trop de tort à ce pays ; la crise en milieu scolaire ne laisse personne indifférent ; la crise économique et financière est devenue intenable et nous voilà coincés dans cette crise sanitaire du covid-19 avec son corolaire de confinement et de paralysie dans tous les secteurs d’activités.

Vous conviendrez avec moi que la crise est multiforme ! Et que dire de l’après-élection législative ? Celle-ci a encore accentué la méfiance et mis en mal le tissu social déjà très affecté », a dit en substance Son Excellence Fantamady Kouyaté.

Quel appel a-t-il à l’endroit des Maliens ? Répondant à cette autre question, le donsoba, croit savoir que face à une telle situation, nous devons à quelques niveaux que ce soit doubler de prière afin que l’esprit de Dieu visite nos cœurs et nos esprits.

Cependant, le voyant international, invite chaque Malien à mettre en avant l’amour de la patrie mère quoiqu’il adviendrait.

Tchéwi Adams Konaté

 

Malick Diancoumba

Voir aussi

COMPAGNIE MALIENNE DE NAVIGATION (COMANAV) : MOUSSA DOUMBIA nous dit tout ce qu’il faut savoir sur les bateaux maliens

Profitant d’un voyage de travail à Tombouctou, nous avons tendu notre micro à Moussa Doumbia, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils