mardi 27 octobre 2020
Accueil | Société | Deux jeunes tués à Konna par la Gendarmerie : Terrorisme ou bavures militaires ?

Deux jeunes tués à Konna par la Gendarmerie : Terrorisme ou bavures militaires ?

Du moment que la DIRPA (Direction de l’information et des relations publiques des armées) annonce un exploit des FAMA, les populations de Konna dénoncent une bavure militaire suite à l’assassinat de deux jeunes dans ladite localité par des Gendarmes, le vendredi 31 mars 2017. La jeunesse de Konna, après avoir contesté la version de l’armée, dit «de ne pas laisser l’affaire en l’état».

Cette histoire semble créer un manque de confiance entre les populations de Konna et l’Armée malienne. En effet, la DIRPA a annoncé, le vendredi dernier, que deux hommes ont été tués par des Gendarmes qui voulaient leur attaquer, le jeudi, dans la Région de Mopti, dans le centre du pays.

Selon ladite communication « les deux hommes, armés, ont été abattus par les Gendarmes à Konna, à environ 70 km de Mopti, alors qu’ils s’apprêtaient à tirer sur le poste de la Gendarmerie. Trois pistolets mitrailleurs (PM) ont été récupérés sur eux. Un détachement des FAMA s’est rendu sur les lieux ». D’après les premiers éléments de l’enquête, les deux hommes auraient voyagé jusqu’à Konna dans un bus d’une société privée de transport.

Des Habitants de Konna réfutent !

A Konna, les villageois sont stupéfaits. Ils donnent une autre version à cette affaire. D’après eux, ce n’est qu’une bavure militaire.

Ces derniers ont confié à l’AFP que ces deux jeunes n’ont été victimes qu’une bavure.

«Nous connaissons tous ces deux jeunes. Ce ne sont pas des terroristes. C’est tout simplement une bavure militaire», a déclaré Sékou Touré, Président de l’Association des Jeunes de Konna et membre de la Brigade de sécurité du village. Et d’expliquer « les deux hommes étaient en train de manger du pain près du poste de la Gendarmerie quand ils ont reçu cinq tirs de balles de la part des Gendarmes. Ils n’étaient aucunement armés. C’est du mensonge».

Pire, il a dit : «Nous, jeunes, ne sommes pas d’accord avec les Gendarmes et nous n’allons pas laisser cette affaire en l’état parce que des jeunes du village ont été tués sans aucune raison».

Selon un observateur, cette affaire devrait provoquer une réaction rapide, pour décanter la situation, du premier Responsable du Département des Forces Armées et des Anciens Combattants du Mali, le Ministre Idrissa Maïga. Car, à l’en croire, les autorités compétentes ont le devoir de rassurer les populations locales et de pérenniser la confiance entre elles dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Oumar Diakité : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Avis partagés sur le retour d’IBK à Bamako : le RPM se félicite, le M5-RFP demande « qu’il soit jugé »

L’ancien Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta est rentré à Bamako le mercredi soir, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils