lundi 17 mai 2021
Accueil | Important | Départ de Modibo Koné de la CMDT : Les non-dits d’une révocation expresse

Départ de Modibo Koné de la CMDT : Les non-dits d’une révocation expresse

Arrivé seulement le 23 décembre 2015 à la tête de la Compagnie Malienne de Développement du Textile (CMDT), Modibo Koné a été révoqué de ses fonctions lors du Conseil des Ministres du 12 octobre dernier, soit au bout 9 mois juste d’exercice. Quelle faute aurait-il commise ? Que lui reproche-t-on ?

Modibo Koné a été  appelé par les plus hautes autorités de son poste à la Banque Ouest Africaine de Développement  (BOAD) pour venir servir la nation en dirigeant la Compagnie Malienne de Développement du Textile (CMDT). Il remplaçait à ce poste Kalifa Sanogo, un autre grand commis de l’Etat. Ce dernier qui avait trouvé dans les caisses de l’entreprise 6 milliards à son arrivée en a laissé 27 à son départ. L’on s’est posé la question de savoir pourquoi un dirigeant avec de tels résultats était remercié.
A son arrivée, Modibo Koné, lors de la passation de service, a promis à son devancier de continuer sur la même lancée que lui. Et tout portait à croire qu’il  était sur la bonne voie.  En tout cas, à moins d’une année, sous sa gestion, la compagnie a augmenté les superficies emblavées à hauteur de 27%. Ce qui a conduit à environ 695.000 hectares emblavés en coton, avec des perspectives attendues  allant de 700.000 ou 725.000 à 750.000 tonnes de récoltes attendues. L’égrenage était un chantier déblayé par son prédécesseur à travers le chantier qui concerne Kadiolo, Kimparana et aussi le renouvellement de trois anciennes usines dont celles de Koumantou, de Sikasso I et de Bougouni. Il fallait pour la suite rechercher des financements. Il s’y est attelé et a pu amener la Banque Ouest-Africaine de Développement (là où on l’a débauché)  à apporter 15 milliards et le pool bancaire avec 20 milliards de francs CFA. Ces financements sont acquis et l’usine de Kadiolo est en chantier. La construction d’une nouvelle usine à Kolondiéba  et les nombreux projets entrepris sous sa houlette pour atteindre la production record 800.000 tonnes en 2017-2018 ont été freinés net. Le projet de filature négocié avec les Chinois devait permettre la construction d’une usine de filature et la création de nombreux emplois par  la transformation du coton malien sur place. Le Mali, actuellement, ne transforme que 2% de sa production cotonnière. L’homme s’apprêtait avec l’expertise de FITINA d’ouvrir le capital de la CMDT à des opérateurs économiques pour à terme créer 3000 ou 4000 emplois. Des réflexions ont été entamées avec l’office du Niger pour un partenariat pour la mise à disposition de la CMDT une superficie de 100.000 hectares pour faire de coton culture irriguée. Donc, l’exécution ce programme aussi doit attendre.
Malgré son ambition affichée pour l’avenir de la boîte, Modibo Koné ne   verra pas les fruits de nombreux chantiers   qu’il a ouverts avec son équipe de cadres dynamiques. Il vient,  à la surprise générale, d’être relevé de ses fonctions lors du Conseil des Ministres du 12 octobre dernier. Il n’aura servi à ce poste que 9 mois seulement. Quelle mouche a bien du piquer les plus hautes autorités pour révoquer un Administrateur qui engrange des résultats aussi probants ? C’est à se demander si, dans ce pays, le travail bien fait est récompensé. Pour preuve, l’on est en droit de se souvenir du cas de cet autre Banquier. Oumar Tatam Ly avait été appelé pour diriger le premier gouvernement d’IBK. Sa rigueur et son sens élevé du résultat ont rendu difficile sa cohabitation avec des caciques du régime qui ne songent qu’à leurs ventres et malheur à tous ceux qui s’y interposent.
Modibo Koné serait, selon notre source, victime de ces mêmes personnes qui ont voulu transformer la CMDT en vache laitière. C’était sans compter sur la rigueur et l’honnêteté de l’homme.  Considéré comme l’empêcheur de tourner en rond,  ils ont vite fait de le vilipender auprès du prince du jour pour obtenir sa tête. La même stratégie avait eu raison de son prédécesseur Kalifa Sanogo.  D’où des inquiétudes légitimes quant à la future gestion de la compagnie par le Dr Baba Berthé. Connu, lui aussi, pour son amour du travail bien fait et sa rigueur dans la gestion du denier public, Dr Baba Berthé se laissera-t-il manipuler par ces personnes voraces ? En tout cas,  il lui revient la lourde mission de maintenir la CMDT sur l’ascension entamée depuis Kalifa Sanogo jusqu’à Modibo Koné. Le moindre fléchissement de sa part sera lourd de conséquences et pour lui et pour la compagnie et ses milliers d’employés. L’avenir nous en dira plus !
Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Rencontre gouvernement et Syndicats de l’Éducation: La crise scolaire est-elle évitable ?

Les syndicats de l’éducation nationale, signataires du 15 octobre 2016, ont rencontré le gouvernement, notamment …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils