dimanche 17 octobre 2021
Accueil | Société | Demba Kéïta, Président CSDM Gabon : « 97% des Maliens au Gabon regrettent l’Ambassadeur Diadié Dagnoko»

Demba Kéïta, Président CSDM Gabon : « 97% des Maliens au Gabon regrettent l’Ambassadeur Diadié Dagnoko»

Présent à Bamako dans le cadre du premier Conseil d’administration du Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM), Demba Kéïta, Président de la branche Gabon du CSDM, a mis l’occasion à profit pour aborder le difficile quotidien des Maliens vivant en terre gabonaise depuis le rappel de l’Ambassadeur Diadié Yacouba Dagnoko. Si nul n’est indispensable et que chaque mission est appelée à finir un jour ou l’autre, Demba Kéïta déplore surtout la manière qui a conduit le départ de l’Ambassadeur Dagnoko et des conséquences que cela ne cesse d’engendrer depuis lors. Dans l’entretien à bâton rompu qui suit, il nous dit tout sans langue de bois. 

LE COMBAT : Le rappel de l’Ambassadeur Diadié Dagnoko ne serait pas dû à une simple fin de mission ?

Demba Kéïta: Ce que nous savons, c’est que Son Excellence Diadié Yacouba Dagnoko a été victime de son honnêteté, de son patriotisme et de son sens de l’honneur et du devoir.

Comment toutes ces valeurs peuvent-elles mettre fin  à une mission ?

 Quand on arrive à mettre au grand jour les activités d’un réseau de bandits de grand chemin, de mafieux, de délinquants qui se sont permis de falsifier les documents administratifs et scanner ses timbres, il y a de quoi s’attendre des fois. Il y a des Ressortissants maliens qui ont été arrêtés à l’aéroport avec ces documents. Naturellement, il a été fait appel à l’Ambassadeur qui est la plus haute autorité malienne sur place. Une fois sur place, il se rend compte effectivement que ce sont des documents falsifiés. Il intervient auprès de la police gabonaise afin d’épargner les détenteurs de ces documents qui, en réalité, ne sont que des victimes. Une fois à l’Ambassade, il a établi pour ces personnes des laissez-passer d’un mois.  Des gens se sont plaints. Mais ce qu’ils ne savent pas c’est que le laissez-passer est un droit d’urgence qui fait office d’une  page du passeport pour effectuer un seul voyage. Donc, on ne peut pas faire un débat sur sa date de validité. On a vu ça avec la France. Là-bas, il n’est valable que pour un seul voyage. Si le voyage dur une heure, c’est fini.

Alors, comme l’Ambassadeur a mis à nues les manœuvres des trafiquants qui y étaient derrière, il fallait pour eux trouver un moyen de liquider cet Ambassadeur. C’est là qu’ils ont commencé à faire courir des rumeurs et colporter des mensonges sur la personne de l’Ambassadeur Diadié.

Mais qui sont ces personnes ?

Il y a une enquête en cours, c’est pourquoi je me retiens de donner des noms sinon que ces personnes sont connues. Elles ont amené la télévision gabonaise, elles se sont filmées. Cela a été une grande honte qui a terni l’image de la communauté malienne vivant au Gabon et pour le Mali tout entier.  Elles pensaient en agissant ainsi qu’ils vont ternir l’image de l’Ambassadeur mais, en réalité, ces personnes ont fait ternir l’image du Mali tout en entier. C’est dommage. Heureusement, l’Ambassadeur avait compris que cet acte était le fait de quelques personnes et non toute la communauté malienne. J’ai été personnellement choqué par leurs attitudes. Mais l’Ambassadeur qui devait être le plus atteint par ces mensonges, c’est lui même qui calmait les gens en disant que la vérité finira par triompher. Et, aujourd’hui, après son rappel, l’Histoire lui donne raison puisque l’Ambassade du Mali aujourd’hui n’est pas loin du marché de «Dabanani».

Donc, la Communauté malienne au Gabon regrette le départ de Diadié ?

Les 97% des Maliens vivant au Gabon regrettent l’absence d’Ambassadeur et surtout le départ de Diadié Dagnoko. Car, c’est après son départ que beaucoup se sont rendu compte de ce qu’il faisait et de ce qu’il accomplissait pour que les Maliens vivent tranquillement au Gabon. Comme on dit en Bambara « Ngana Ma mandiFoo Ko blen don » (traduit littéralement, c’est le jour du danger que l’on reconnaît véritable valeur du brave).

Propos recueillis par Mohamed Sangoulé DAGNOKO : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Après la proclamation du résultat du Bac et DEF: Comment gérer le cas des classes de passage ?  

  Après la proclamation de certains résultats, la crise scolaire tend-elle  vers sa fin? Les cas …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils