samedi 21 mai 2022
Accueil | Politique | Crise institutionnelle et sécuritaire: Tiébilé Dramé présente sa recette dans un Mémorandum   

Crise institutionnelle et sécuritaire: Tiébilé Dramé présente sa recette dans un Mémorandum   

 

   

Le président du parti du Bélier blanc, Tiébilé Dramé, bien qu’opposé à la vision du Premier ministre par rapport à la tenue des Assisses Nationales de la refondation, a quand même l’amour du pays. C’est pourquoi il a, à travers un Mémorandum, donné son avis sur  une possible sortie de  crise.  

Dans un communiqué très largement diffusé sur les réseaux sociaux dont nous avons eu copie, Tiébilé a exposé son avis sur la situation du pays, qui fait objet de débats houleux. Pour M. Dramé, par faute de volonté politique, le gouvernement de Transition se retrouve, à quatre mois de l’échéance annoncée, dans l’incapacité d’organiser les élections marquant la fin de la transition et dans l’impossibilité de produire un nouveau calendrier électoral : le processus de restauration de l’ordre constitutionnel est dans l’impasse. C’est dû, selon lui, à l’impasse sécuritaire qui est telle que le pays court le risque d’un nouvel effondrement. En effet, la dégradation de la situation sécuritaire est devenue une grave menace pour l’existence même de l’État malien. Il n’y a pas un jour sans qu’un drame ne se produise quelque part sur le territoire : villages assiégés, villageois expulsés de leurs foyers, champs brûlés, enlèvements de milliers de têtes de bétail, ponts et puits dynamités, policiers exécutés, exactions en tous genres contre les civils, attaques contre les détachements et convois de l’armée, militaires, et donzos tués. Le sang coule presque chaque jour au Mali (Marébougou/ Djénné, Siby-Niono, Songo, les villages de la plaine de Sabalibougou…). La mort, le 30 octobre 2021, de sept FAMAS à Ségou et à Mourdiah illustre la détermination des groupes terroristes qui ont étendu leur emprise sur la quasi-totalité du territoire. Les populations sont abandonnées à elles-mêmes dans les cercles de Niono, Ké-Macina, Ténenkou, Youwarou, Djénné et dans des secteurs entiers du cercle de Mopti. Sur « le Plateau », les cercles de Bandiagara, Bankass, Douentza et Koro ploient sous la loi des Katiba Macina et Serma, comme l’attestent, entre autres, les embuscades des 17 août 2021 (contre la relève de Boni, 16 morts) et du 6 octobre 2021 contre un convoi des FAMAS sur la route Bandiagara-Bankass (16 morts) et les blocus de villages entiers. Les groupes constituant le JNIM déploient, depuis juillet 2021, leurs activités au Sahel Occidental : l’attaque contre les chantiers de la route Mourdiah-Nara en juillet, la mort, le 11 septembre 2021, de deux camionneurs marocains sur la RN3, l’embuscade meurtrière contre les jeunes gendarmes qui escortaient les remorques de la compagnie minière de Morila (Firefinch, Australie), le 28 septembre 2021 (cinq morts) au Sud, l’attaque contre les chantiers de l’OTER à Blendio (dans la nuit du 20 au 21 octobre 2021), les menaces contre Niéna (le 26 octobre 2021) sont les dernières manifestations d’un maillage des communes de la région de Sikasso par les groupes djihadistes; l’extension continue de l’insécurité illustre l’échec du gouvernement de Transition que rien ne saurait cacher ; la sous-administration du territoire, entamée au début de la crise sécuritaire et institutionnelle (2012-2013), s’est amplifiée:

– dans les régions de Kidal, Ménaka, Gao, Tombouctou et Tadoudenit, seuls 18 administrateurs sur 131 étaient présents dans les cinq régions du centre (les anciennes régions de Ségou)et de Mopti), 18 sous-préfets sur 93 étaient présents sur leurs lieux d’affectation en juin. Dans la seule région de Mopti, 51 Maires sur 108 avaient abandonné leurs postes. Près de la moitié des collectivités territoriales du pays sont hors du contrôle de l’État ; l’éducation paie un lourd tribut à la propagation de l’insécurité: près de 1500 écoles étaient fermées avant la fin de l’année scolaire écoulée dans les régions du nord et du centre. Des centaines de milliers d’élèves ont été exposés à la rue. Signe de l’extension de l’insécurité, quelque 90 écoles étaient fermées dans les académies d’enseignement de Banamba et de Nara. Dans plusieurs localités du nord, des écoles publiques ont été transformées en structures d’enseignement coranique. Illustration de l’éclipse de l’État, la réouverture des écoles fermées a fait l’objet d’un accord négocié en mars 2021 entre les communautés et la Sariat Al Forqane, affiliée à AQMI. Les extrémistes ont alors imposé leurs conditions, en particulier, la séparation des filles et des garçons, le port du voile pour les filles et l’enseignement de l’arabe. En arrière-fond de ce triste tableau : – l’isolement diplomatique sans précédent d’un pays qui a, plus que jamais, besoin de ses voisins et du reste du monde. La fuite en avant et la fébrilité du gouvernement de transition fragilisent le Mali et déstabilisent ses relations internationales.

La liste est longue pour être citée exhaustivement. En conclusion : le PARENA invite le Président de la Transition, Chef de l’État, à prendre la juste mesure de la gravité de la situation en :

– créant les conditions du sursaut et du rassemblement autour du Mali et de son armée;

– renonçant à la tenue des « Assises de la Refondation » pour ne pas diviser davantage les Maliens autour de sujets comme l’Accord d’Alger ou le découpage territorial;

– destinant les milliards initialement prévus pour les « Assises de la Refondation » aux populations en détresse qui sont chassées de leurs terres et de leurs foyers par les groupes terroristes dans les cercles de Niono et Djénné, sur le « Plateau » et dans le Delta du Niger;

– réunissant, dans les meilleurs délais, les forces vives de la Nation pour dessiner une feuille de route consensuelle sur la base:d’une réelle volonté politique, d’un nouveau calendrier électoral, d’un CNT et d’un gouvernement plus inclusif et d’un Premier ministre moins clivant, plus rassembleur et plus consensuel. Au regard de la vocation africaine du Mali et de son rôle historique dans le processus d’intégration du continent, le PARENA exhorte le Président de Transition à renforcer les relations du pays avec la CEDEAO et à éviter tout bras de fer avec nos voisins et nos partenaires.

Lansine Coulibaly LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

 FORCE CONJOINTE DE LA CEDEAO: Le Mali est-il prêt à vivre en vase clos ?

    ‘’Lundi 16 mars 2020, s’est  tenue à Niamey une  réunion conjointe UA-CEDEAO-G5-Sahel sur le déploiement …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils