mardi 26 octobre 2021
Accueil | Société | Coordination des mouvements et fronts patriotiques de résistance : Le porte-parole bientôt poussé vers la sortie

Coordination des mouvements et fronts patriotiques de résistance : Le porte-parole bientôt poussé vers la sortie

Une sortie médiatique est planifiée et programmée  pour les jours à venir. La Coordination des mouvements et fronts patriotiques de résistance (CMFPR) s’indigne et proteste contre le porte-parole, Me Harouna Touré, jusqu’à vouloir son départ. Les griefs formulés contre lui par rapport à sa gestion sont, entre autres, sa collision avec des groupes séparatistes, sa déconnexion avec la réalité du terrain, beaucoup d’avantages indus liés à sa fonction de porte-parole de la Coordination   des mouvements et forces patriotiques de résistance.

Selon nos sources, les membres du CMFPR réclament la démission de Me Touré du poste de leur porte-parole.  Une conférence de presse est prévue, à cet effet, très prochainement. Ils mettent en cause les faveurs accordées à l’Homme. Des avantages liés à différentes missions à l’extérieur du pays. Egalement sa participation à des ateliers généreusement financés par des pays  comme la Suisse ;  son inscription à plusieurs commissions nationales, dont  le Comité de Suivi de l’Accord de Paix ; la Commission nationale de Réforme du secteur de la Sécurité et  la Commission nationale d’Intégration.  Ainsi, aux dires de ses dénonciateurs, avec ses bénéfices, le porte-parole s’offre la paye d’un Premier Ministre.

«Les ateliers généreusement financés en sous-main par des pays parrains, dont la  Suisse. Ainsi, chaque jour, le Juriste  bénéficie de perdièms. Il s’est inscrit dans plusieurs commissions nationales, s’offrant au passage la paye d’un Premier Ministre, à défaut d’être officiellement admis dans le Gouvernement. Il est membre du Comité de Suivi de l’Accord avec  un salaire avoisinant les trois millions de francs CFA; membre de la Commission nationale de Réforme du secteur de la Sécurité avec plus de deux millions de nos francs;  membre de la Commission nationale d’Intégration avec un salaire tout aussi juteux que les précédents », s’irritent des membres de la CMFPR. Et de juger « ce qui est illégal,  mais vu la mauvaise posture du Mali… on paye quand même trois salaires  à ce porte-parole ». Comme cela ne suffisait pas, protestent-ils, «  il a eu droit à un véhicule noir, symbole du pouvoir. Un véhicule  presque ministériel! Il se promène dans un de ces véhicules offerts à la Présidence  du Mali par la Chine. Nous savons que même les Chefs de mouvement touarègues et arabes qu’imite ou jalouse Maître Touré, qu’ils soient loyalistes ou séparatistes, ne cumulent pas autant de postes et d’avantages aux frais de nos concitoyens ».

Outre ces avantages, les membres révoltés de la CMFPR s’agacent : «bientôt 4 années de voyages, toutes les deux semaines à l’extérieur du Mali pour obtenir et entretenir un accord inapplicable et presque  désuet,  entreprise de certains politiciens véreux. Parmi les innombrables promenades de notre cher Avocat, un voyage à la terre sainte, gracieusement offert par l’État du Mali, réputé très généreux quand il s’agit de ses ennemis ». D’après eux, c’est grâce à ses multiples déplacements en tant que porte-parole de leur mouvement qu’il a pu se   faire des amis haut placés: diplomates, ministres, hauts gradés de l’armée, etc. Mieux, toujours selon des membres de la CMFPR, Me Harouna a facilement gagné la confiance des services secrets des autres pays.  Ils l’accusent aussi de servir les  Français et Marocains «en vendant» les groupes armés pro-maliens et anti-maliens.

Occasion pour eux de rappeler des propos de Me Touré adressés à un frère d’un des groupes armés lors de la première rencontre des mouvements rebelles et loyalistes, tenue à Bamako en 2013, à l’Hôtel Massaley: «Vous ne servez au  MNLA qu’à colorier les rebelles». Comme pour dire ceci : «Aujourd’hui, ses frères noirs du MNLA, redevenus maliens, pourraient lui rendre la monnaie en lui disant que, outre ses nombreux avantages personnels, il ne sert qu’à colorier l’Accord».

Oumar Diakité : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Prise de court par le temps dans la construction du viaduc de Yirimadio: L’entreprise Razel encore à la recherche d’un bouc émissaire    

  Malgré les mises en garde du ministredes Transports et des Infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko, …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils