mardi 18 mai 2021
Accueil | Politique | Chérif de Nioro appelle les Maliens: « Ne permettez pas que des lois contraires à l’Islam soient inscrites dans la Constitution »

Chérif de Nioro appelle les Maliens: « Ne permettez pas que des lois contraires à l’Islam soient inscrites dans la Constitution »

 

Le chérif de Nioro est décidé à ne rien lâcher dans cette affaire des lois du pays. Après, l’avant-projet de loi sur le genre, l’âge de mariage et l’héritage de la jeune fille, il demande aux Maliens de rester vigilants sur les réformes constitutionnelles prochaines.

Le Cherif de Nioro, Bouyé Haidara, dans son traditionnel prêche du vendredi 16 avril 2021, a appelé les musulmans du Mali et les politiques à se dresser contre les lois contraires à l’islam, susceptibles d’être inscrites dans la nouvelle Constitution en préparation par le gouvernement de la Transition.

 

Évoquant la pratique de l’Islam au Mali depuis des millénaires, le Cherif demande aux musulmans de se réveiller afin de préserver leur religion. “Ceux qui sont des musulmans, n’acceptez pas qu’une loi contraire à l’Islam soit inscrite dans la Constitution’’, conseille le Chérif de Nioro aux musulmans.

 

Le Guide religieux a aussi demandé aux autorités de la Transition d’associer les organisations musulmanes à l’élaboration de cette Constitution. “Je peux négocier toutes choses avec les autorités de la Transition sauf les lois contraires à l’islam’’, a-t-il prévenu.

“Nous avons été les premières personnes à apporter notre soutien aux autorités de la Transition pour un Mali meilleur et cela, sans poser une quelconque condition’’, avait-il laissé entendre suite à la présentation de l’avant-projet de loi sur le genre, l’âge de mariage et l’héritage de la jeune fille, qu’il avait contesté.

 

Le chérif de Nioro avait demandé le départ de Madame la Ministre de la Femme, de l’Enfant et de la Famille suite à cet avant-projet de loi sur le genre. “Une chose est claire, à compter d’aujourd’hui, nous ne reviendrons plus sur cette question’’, avait-il lâché.

 

“Cette loi sur le genre reste notre ligne rouge pour la préservation de nos valeurs sociétales et religieuses. Nous avons combattu ATT et Boubeye pour la même cause et il n’est pas question que d’autres nous amènent la même chose et qu’elle soit tolérée’’.

 

“Si la Transition décide de maintenir la dame, dit-il,  alors, qu’elle sache qu’à partir de cet instant, là, nous nous dressons contre elle’’.

Ce fut le début de la brouille qui existe entre le Chérif de Nioro et les autorités de la Transition à ce jour.

Bourama Kéïta LE COMBAT

 

 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Remaniement ministériel: Devons-nous nous attendre à un retour des militaires aux postes régaliens de l’État ?

L’un des problèmes du gouvernement de l’acte I de Moctar Ouane était aussi la forte …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils