vendredi 7 mai 2021
Accueil | Société | DIPLOMES DES ETABLISSEMENTS SUPERIEURS PRIVES : Des chiffons de papier ?

DIPLOMES DES ETABLISSEMENTS SUPERIEURS PRIVES : Des chiffons de papier ?

Secrétaire General du RIDEPES (Réseau International des Etablissements Privés et de l’EnseignementSupérieur) Issa Compaoré,  Président de l’AEPES (Association des Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur du Mali), Professeur Bertrand Mbatchi secrétairegénéral du CAMES (Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur), ils étaient tous là pour un colloque organisé le Jeudi 24 Mars 2016 au centre du secteur privé à l’ACI 2000. Objectifs : que le Mali soit également actif dans le processus de reconnaissance des diplômés. Un cap franchi, par une pluralité des pays de la sous-région.

Pendant un certain temps les institutions d’enseignementsupérieur maliennes avaient rompu les relations avec le CAMES. Notamment à propos de l’inscription sur les listes d’aptitudes pour la hiérarchisation des enseignants, àl’exception des professeurs de la faculté de médecine.

Depuis longtemps, les maliens n’ont plus souscrit à ces dispositions.

Avec l’encouragement du secteur privé malien ; on note un regain d’intérêt du corps professoral national en ce qui concerne l’adhésion au CAMES(Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur). Dans une perspective d’ouverture et d’intégration, ceci est salutaire.

Voilà une inquiétude qui n’est pas tombée dans les oreilles d’un sourd. Le retard sera comblé. Secrétaire General du CAMES le professeur Bertrand Mbatchi affirme cependant: « pour se faire reconnaitre, il faut connaitre les conditions d’adhésion  de reconnaissance ».

Les masques sont donc tombés ? En tout cas le chemin qui mène à la reconnaissance des diplômés est désormais connu. Une chose est sure, Mr Mbatchitémoigne lors de cette rencontre ; l’appui du CAMES pour résoudre les inquiétudes de ces associations d’enseignement. On peut noter une volonté des uns et des autres de cheminer ensemble.

Optimistes pour la bonne résolution et satisfaction de leur inquiétude et souhait, soutenir le Mali dans son combat, c’est l’engagement faire par le RIDEPES, et l’AEPES par la voix de leurs Représentants respectifs présents lors de ce colloque.

Ainsi à long terme, il s’agira de tirer nos établissementsd’enseignementsupérieur vers l’excellence, d’élargir le tissu relationnel, de familiariser ces entitésd’enseignement avec les différents référencements du CAMES. Mahamadou Habib Diallo, président de l’Association des Etablissements Prives d’Enseignement supérieur du Mali est fier et satisfait de cette rencontre.

La formation, l’excellence des cadres et étudiants sont vitaux pour un continent performant dont la voix portera dans le concert des nations. Ne dit-on pas que l’enseignement est le Moteur de développement de toute nation ?

Djibril Mamadou Coulibaly
LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Direction Régionale de la Protection Civile: L’association ATC fait don de sucre et de céréales aux femmes veuves du corps.

C’est à la Direction Regionale de la protection civile sise à Sokoniko qu’a lieu une …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils