samedi 13 août 2022
Accueil | Politique | Baromètre politique non stable: La situation entre accalmie et surchauffe

Baromètre politique non stable: La situation entre accalmie et surchauffe

L’apaisement observé depuis la composition du gouvernement Boubou Cissé peut paraître trompeur. La température politique est encore assez élevée en quelques endroits.
Certes, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, s’est rendu auprès du Chérif de Nioro pour ce qu’il a voulu comme un acte de réconciliation. Cependant, ce qui commence à filtrer de la rencontre entre les deux personnalités donne à penser que ce fut plutôt une offensive de charme qui n’a pas tout à fait réussi en dépit des images d’Épinal distillées avec mesure.

 

Aucun acte final n’a été porté à la connaissance du public (les Maliens) pour lequel les deux protagonistes sont censés agir. On en est donc à simplement supposer, ce qui donne à l’entretien de Nioro les couleurs d’une opération de communication qui aura, sinon échoué, du moins peu porté les fruits escomptés.
Ce qui se fait entre acteurs politiques pour le mieux-être de la patrie commune ne doit pas relever du secret d’État. Il faut donc ranger dans la catégorie crypto-personnelle ce qui a pu être convenu ou non entre IBK et M’Bouillé. Les petits arrangements entre anciens amis, quelle que puisse être l’épaisseur de leurs personnalités ou de leurs responsabilités, peuvent à la longue se révéler être des deals. Mais il est à espérer que le Mali n’en souffrira pas outre mesure.
Autre bon point engrangé par IBK, c’est l’installation, le mardi 25 juin, des quatre personnalités devant préparer et conduire le dialogue politique inclusif en vue de sortir le pays de la nasse où il se trouve pris depuis des années. L’engagement au chevet de la patrie des hommes et femme comme Baba Akhib Haïdara, Youssoufi Maïga, Aminata D. Traoré et l’ambassadeur Cheick Diarra, est de nature à rassurer plus d’un. Non seulement ces personnalités ont toute l’envergure nécessaire pour réussir leur mission, en plus les Maliens sont réellement soucieux de sauver leur patrie. Deux conjonctions qui permettent normalement d’espérer sur des résultats positifs. Pourtant, le scepticisme habite nos compatriotes. La grande majorité pense que tout cela n’est que manœuvre pour gagner à IBK rusé comme un singe d’aller au bout de son mandat.
Pendant ce temps, les intellectuels, dans leur rôle d’éclaireurs de la conscience nationale, communiquent régulièrement sur les violations de la constitution, avec mépris et parjure. Les arguments pertinents distillés par eux attestent que le pouvoir n’est plus légitime et que son fonctionnement est un vaudeville permanent qui ne saurait servir que des intérêts sordides. En somme, la démocratie malienne n’a plus rien de vertueux, c’est plutôt une caste de voyous politiques qui préside aux destinées du Mali.
En ce qui concerne la préoccupante situation du centre, c’est comme si un nouveau front s’ouvrait encore. En effet, comme un effet de mode,  à la suite des représentants spéciaux des Nations-Unies et de l’Union Africaine, IBK a nommé Pr Dioncounda Traoré comme son Haut Représentant pour le centre. Les intellectuels et les dignitaires de Mopti ont, eux, porté leur choix sur Amadou Toumani Touré pour être le président d’un forum pour la paix qu’ils entendent organiser. Un bras de fer en perspective entre le chef de l’État et les populations du centre.
Le mal, diagnostiqué par nos compatriotes de la diaspora, est plus profond. C’est d’abord un problème de leadership, IBK n’ayant plus les moyens de soigner le pays, condamné à ne flatter que son propre égo et à ne servir que les intérêts de son clan. Pour ces raisons, nos expatriés ne réclament qu’une chose : la démission immédiate d’IBK suivie de la reprise en main de l’État par des patriotes sincères et compétents. Une grande marche patriotique est même programmée pour le 1er juillet, et sera suivie d’autres actions. Comme on le voit, le baromètre politique ne mentionne pas une température stable.

Bogodana Isidore Théra LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

HIVERNAGE AU MALI: Les inondations causent des dégâts et sans-abris

  La pluie fait d’énormes dégâts dans plusieurs localités du Mali depuis trois mois. Notamment …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils