mardi 26 octobre 2021
Accueil | Société | Attaque contre l’opération Barkhane à Gao : 4 morts et une vingtaine de blessés

Attaque contre l’opération Barkhane à Gao : 4 morts et une vingtaine de blessés

Des militaires de l’opération Barkhane et des soldats maliens ont été la cible d’une attaque, hier dimanche 1er juillet,  dans la Région de Gao. Selon des autorités locales, les premiers constats font état d’un bilan provisoire de 4 morts au moins et plus de 20 blessés de civils et militaire. Cette attaque est commise juste trois jours après celle perpétrée contre le camp de la force conjointe du G5 Sahel à Sévaré, Région de Mopti, faisant elle aussi 5 morts et de plusieurs blessés avec d’importants dégâts matériels. 

La patrouille conjointe composée de militaires français et maliens a été visée par une voiture piégée conduite par un kamikaze,  hier dimanche 1er juillet 2018, vers les 10-11 heures, à la sortie de la ville  de Gao. Selon des sources locales, le conducteur de la voiture bourrée d’engins explosifs s’est cogné contre un véhicule de la force BARKHANE qui lui barrait la route. Suite à ce choc violent, il y a eu d’échange tirs nourris.

Le bilan provisoire donné par des sources hospitalières au moment où nous mettions l’information sur papier faisait état de 4 morts et 23 blessés (civils et militaires tous confondus).

Certains Habitants de la Région, profondément inquiets de la dégradation de la situation, nous ont confié que des forces de secours de la MINUSMA et certaines autorités s’étaient rendues sur les lieux. Ils ont aussi ajouté qu’il y avait des hélicoptères qui  survolaient la ville de Gao.

Selon  l’état-major français, il n’y a eu aucun décès côté français, et notre source nous a précisé  que les blessés français ont tous été pris en charge et rapatriés dans la base de Gao.

Pour le moment, l’attaque n’a pas été revendiquée. Elle intervient quelques jours après celle meurtrière qui a ciblé le camp principal de la force conjointe du G5 Sahel à Sévaré, dans la Région de Mopti. Nous y reviendrons !

Adama  A.  Haïdara : LE COMBAT

 

Rédaction

Voir aussi

Prise de court par le temps dans la construction du viaduc de Yirimadio: L’entreprise Razel encore à la recherche d’un bouc émissaire    

  Malgré les mises en garde du ministredes Transports et des Infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko, …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils