lundi 8 août 2022
Accueil | Société | Attaque à Siby et Koulikoro : Bamako retient son souffle

Attaque à Siby et Koulikoro : Bamako retient son souffle

Juste, 24 Heures après l’annonce de la mort du Chef terroriste, Yehia Abou El Hammam, tué par la force française Barkhane, les attaques se multiplient aux portes de Bamako. De quoi inquiéter une capitale qui vit au rythme des festivals depuis deux mois. 

Hier, tôt le matin, ce sont des roquettes, tirées depuis l’autre Rive du fleuve Niger, qui se sont abattues devant le camp des instructeurs de l’EUTM, à Koulikoro. Une autre voiture, bourrée d’explosives, a sauté  près du camp d’instruction Sada Sy de la même ville. Si l’on n’a pas de bilan précis sur le nombre de blessés et de morts, des sources concordantes nous affirment qu’il y aurait eu un seul mort. 24 Heures avant cette attaque, ce sont des militaires guinéens de la MINUSMA, permissionnaires, qui ont fait l’objet d’attaques à Siby.  Cette attaque est assimilée à un braquage. Dans un véhicule privé, loué, les permissionnaires se rendaient au pays pour voir leurs familles respectives. Lors de l’assaut sur le véhicule, s’étant rendu compte qu’il y avait à bord que des porteurs d’uniformes, les bandits ont pris  panique, du coup, ils  mitraillent la voiture tuant ainsi trois militaires, blessant deux autres personnes, un militaire et un civil.

Si la ville de Koulikoro est située à 60 km de Bamako, celle de Siby n’est qu’à 44 km du centre-ville de la capitale.  C’est dire combien le danger rôde autour de notre capitale déjà fragilisée par les attaques du Radisson, de la Rue princesse et du Campement Kangaba.

Koulikoro, une surprise ?

Au vu des forces étrangères et nationales stationnées dans la ville de Koulikoro, l’attaque a surpris plus d’un. Elle montre aussi la détermination de ces terroristes à faire régner la terreur même au prix de leur vie. Ça s’est déjà vu ailleurs. Mais cette attaque ne doit pas non plus surprendre. Depuis bientôt trois mois, les terroristes font la loi dans les environs de Banamba. De nombreuses écoles sont aujourd’hui fermées à cause de ces bandits.

Impossible de ne pas faire le lien entre ces attaques, notamment celle de Koulikoro avec l’annonce de la mort du numéro deux du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM), Yehia Abou El Hammam. Annonce faite par la Ministre française des armées, Mme Florence Parly. Elle faisait cette annonce 24 heures avant l’arrivée à Bamako de la Délégation française conduite par le Premier Ministre Edouard Philippe. L’attaque de Koulikoro intervient le jour même où Edouard Phillip doit rendre visite à la force Barkhane au Nord et ensuite s’envoler pour son pays.

Mohamed Sangoulé DAGNOKO : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

VIE CHÈRE AU MALI: La population à bout de souffle !

  À Bamako comme à l’intérieur du pays, les prix des denrées de première nécessité …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils