dimanche 26 septembre 2021
Accueil | Politique | ASSEMBLEE NATIONALE DU MALI : Le perchoir à la portée légitime de Mamadou Diarrassouba  

ASSEMBLEE NATIONALE DU MALI : Le perchoir à la portée légitime de Mamadou Diarrassouba  

Le grand inconnu de Massigui (région de Dioïla) est devenu l’un des hommes forts du Rassemblement pour le Mali (RPM, parti au pouvoir). Mamadou Diarrassouba, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est cité aujourd’hui parmi les favoris pour occuper le perchoir de la 6e législature.

 

La messe est dite en ce qui concerne les résultats des législatives de 2020 au Mali. Parti au pouvoir depuis 2013, le RPM a un peu chuté, mais reste la première force politique du pays. Il est suivi par l’Adema-PASJ avec qui il partage le pouvoir depuis 2013. En s’alliant, les deux formations ont la majorité absolue pour imposer leur choix dans la formation du bureau de l’Assemblée nationale.

L’actuel président de l’Assemblée nationale est l’honorable Issiaka Sidibé dit Isaac du RPM. Réélu à Koulikoro, il pourrait donc se succéder à lui-même. Toutefois, il n’est pas exclu qu’il soit contraint à se contenter de la seule écharpe de député. Plusieurs noms sont alors évoqués pour le remplacer : Baber Gano (Secrétaire général du RPM), Karim Kéita (fils du président de la République et beau-fils du président sortant du parlement) et Mamadou Diarrassouba. Ce dernier est le secrétaire à l’organisation du RPM et le premier questeur sortant de l’Assemblée.

« Diarrass » tient la pole position

Au cas où Isaac ne rempile pas, car il été incapable de se faire réélire seul et n’a du son salut qu’à son alliance avec l’URD, l’un de ces trois hommes sera le plus légitime pour le remplacer. Ministre dans l’actuel gouvernement du Dr Boubou Cissé, Me Baber Gano a commis des erreurs qui n’ont sans doute pas plu au président de la République. Pour certains barons des « Tisserands », Baber est «un homme à problèmes» (il est cité dans un scandale financier à l’Office du Niger) qui est détesté par beaucoup de militants.

Le « Fiston National », l’honorable Karim Kéita (le seul élu RPM de la capitale au Parlement) serait alors le candidat «naturel» vu ses liens familiaux. Il est le beau-fils d’Isaac et l’un des héritiers du président IBK.  Si le chef de l’Etat donne des consignes de vote, les débutés RPM et Adéma voteront pour lui. Mais, Karim est mal élu chez lui en commune II de Bamako et il est contesté au sein de la classe politique malienne.

Le Mali est divisé sur le cas du fils du président IBK. Et les Partenaires techniques et financiers (PTF) pourraient parler également de népotisme si le fils du président de la République devient aussi le président de l’Assemblée nationale. On pourra alors parler légitimement de la main mise de la famille présidentielle sur les institutions du pays, notamment l’exécutif et le législatif. Karim est-il conscient de tous ces préjugés défavorables ? En tout cas, il crie à qui veut l’entendre qu’il n’est pas intéressé par le perchoir.

Il reste alors Mamadou Diarrassouba, le 1er questeur en titre. L’homme ne défraie pas les chroniques et cet enseignant de Kolokani ne traîne aucune casserole pour moment. Si nos calculs sont bons, Diarrassouba est député depuis l’avènement de la démocratie en mars 1991. C’est un sac à dos qui est passé de député méconnu à 1er questeur. Et il a fidèlement et loyalement servi IBK aussi bien en période de vaches grasses que de vaches maigres.

Le secret d’un succès

Affectueusement appelé « Diarrass » dans son fief, à Dioïla, « Mamadou Diarrassouba est le député le mieux élu du RPM », nous assuré une source influente au sein du parti au pouvoir. En effet, il a été élu sur une liste constituée à 100 % de candidats du RPM. Et du coup, à lui seul, il a offert 5 députés à son parti.

Selon de nombreux témoignages, le succès de « Diarrass » tient à trois choses. Primo, le député sortant a pris des engagements fermes vis-à-vis de ses électeurs. Ce qui est un indicateur crédible pour juger son action afin de lui demander des comptes à la fin de son mandat. Et selon nos informations, il serait le seul à prendre de tels engagements.

Secundo, parmi les six listes en présence, il serait aussi le plus proche des populations, donc le plus accessible. « En cas de problème, on va chez lui et il trouve toujours une solution», témoigne notre confère Mamadou Diarra dit « MC » qui a suivi sa campagne de bout en bout. Il évoque aussi, tertio, de nombreuses réalisations dans la zone à l’actif de Diarrassouba.

Toujours est-il que, pour oser aller en liste propre alors que dans la plupart des circonscriptions électorales le RPM s’est généralement accroché à l’Adéma ou à l’URD pour avoir des députés, il faut avoir confiance en soi. C’est dire que Diarrassouba peut légitimement prétendre à présider l’Assemblée nationale du Mali pour la 6e législature 2020-2025.

Tout comme il peut prétendre à la succession de Dr Bocari Tréta qui a désormais très peu de légitimité comme président du RPM. Autrement, « Diarrass » est l’homme fort du RPM !

Tientiguiba Danté

Djibril Coulibaly

Voir aussi

100 jours de Choguel à la Primature: Les lignes n’ont pas bougé    

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a bouclé 100 jours à la tête du …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils