lundi 17 mai 2021
Accueil | Société | Ansongo : Des obus dans le village de Banihaoussa

Ansongo : Des obus dans le village de Banihaoussa

Avant-hier, au petit soir, un bruit assourdissant, puis deux, trois et quatre, ont retenti dans le village de Banihaoussa, précisément à Zakoïrkoïra dans le cercle d’Ansongo. Le lieu se trouve à moins de 100 kilomètres du camp de la Munisma.

Quatre obus ont été lancés en direction du village.

« Ahurissant ! ». Disaient les habitants de cette localité. « Sans doute, des attaques Djahidistes », pensaient d’autres. Selon la radio locale « Lafia », la Minusma est dotée d’un appareil qui est capable de dévier les projectiles vers un endroit désert, afin d’épargner la vie des habitants.

Mais est-ce une mauvaise manipulation ?

Que s’est-il réellement passé ? Nul n’en sait.

Un obus est tombé dans une habitation. Le chef de famille âgé de 96 ans et sa femme ont été touchés alors qu’ils s’apprêtent à accomplir la prière du crépuscule. Leur vie n’est pas en danger.

Il n’y a pas eu de mort. Pas de mort d’homme mais plutôt dans les bétails. Et quand on parle de bétail dans les villages, cela veut dire la richesse. Aujourd’hui tous ces pauvres gens n’ont plus rien, ils ont perdu tout ce qu’ils possédaient comme richesse.

A savoir leurs troupeaux.

Des obus dans le village de Banihaoussa
Avant-hier, au petit soir, un bruit assourdissant, puis deux, trois et quatre, ont retenti dans le village de Banihaoussa, précisément àZakoïrkoïra dans le cercle d’Ansongo. Le lieu se trouve à moins de 100 kilomètres du camp de la Munisma.
Quatre obus ont été lancés en direction du village.
« Ahurissant ! ». Disaient les habitants de cette localité. « Sans doute, des attaques Djahidistes », pensaient d’autres.
Selon la radio locale « Lafia », la Minusma est dotée d’un appareil qui est capable de dévier les projectiles vers un endroit désert, afin d’épargner la vie des habitants.
Mais est-ce une mauvaise manipulation ?
Que s’est-il réellement passé ? Nul n’en sait.
Un obus est tombé dans une habitation. Le chef de famille âgé de 96 ans et sa femme ont été touchés alors qu’ils s’apprêtent à accomplir la prière du crépuscule. Leur vie n’est pas en danger. Il n’y a pas eu de mort. Pas de mort d’homme mais plutôt dans les bétails. Et quand on parle de bétail dans les villages, cela veut dire richesse.

La rédaction : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Rencontre gouvernement et Syndicats de l’Éducation: La crise scolaire est-elle évitable ?

Les syndicats de l’éducation nationale, signataires du 15 octobre 2016, ont rencontré le gouvernement, notamment …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils