mercredi 7 décembre 2022
Accueil | Politique | AMADOU KOÏTA À PROPOS DES SANCTIONS: « Tous ces pays ne peuvent pas être contre le Mali »     

AMADOU KOÏTA À PROPOS DES SANCTIONS: « Tous ces pays ne peuvent pas être contre le Mali »     

 

Dans un débat télévisé face aux partisans de la transition, Amadou Koïta, président du Parti socialiste Yélen Kura (PS Yélen Kura), un des partis du Cadre d’échange des partis et regroupements politiques pour la réussite de la transition, estime que tous ces pays ne peuvent pas être contre les autorités de la transition.   

Amadou Koïta est un membre influent du Cadre d’échange des partis et regroupements politiques. Il n’est pas du tout d’accord avec les autorités de la transition malienne. Leur mouvement veut que les élections soient organisées afin que le Mali revienne à l’ordre constitutionnel.

Pour le président du PS Yélen Kura, le Conseil national de Transition (CNT) est censé être l’organe législatif qui contrôle l’action gouvernementale. ‘’ Je déplore que deux Premiers ministres, Moctar Ouane à l’époque et maintenant, Choguel Kokalla Maïga, qui sont passés devant cet organe législatif, disant qu’ils vont respecter le délai de la transition’’, a-t-il dit.

Il poursuit que c’est sur cette base de promesse que cette institution a voté les programmes d’action gouvernementale. Selon toujours M. Koïta, aujourd’hui, le rôle du CNT était de convoquer, interpeler si possible une motion de censure contre le chef du gouvernement actuel et, dit-il, c’est cela aussi la démocratie.

Lors de ce débat télévisé, Amadou Koïta a signalé que, si les pays ont pris des sanctions contre le Mali parce qu’il fait partie d’un monde qui a ses principes. ‘’ Notre pays ne peut pas avoir raison sur  l’ensemble de la Communauté internationale. Tous ces pays ne peuvent pas être contre le Mali’’, a-t-il dit lors de ce débat.

Il a laissé entendre que le Mali appartient à tous les Maliens et qu’ils doivent songer à faire en sorte que le pays puisse relever ces défis énormes afin qu’on puisse léguer un Mali meilleur à la génération future. ‘’ Les discours ne peuvent pas construire un pays’’, a-t-il prévenu.

Amadou Koïta a rappelé l’article 26 de la Constitution malienne qui stipule : «  La souveraineté appartient au peuple qui l’exerce à travers des représentants ou par voie référendaire’’.  Donc aucun individu, aucune fraction du peuple ne peut s’en attribuer l’exercice. ‘’ Toute force est détruite par ses excès. Le plus fort n’est jamais fort que s’il transforme la force en droit et l’obéissance en devoir’’,  a affirmé M. Koïta.

Il veut que le Mali sorte vite de cette situation exceptionnelle pour revenir à l’ordre constitutionnel, en continuant à coopérer avec ses partenaires.

D SANOGO  LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Vie syndicale dans le secteur des Eaux et Forêts

  Quand un syndicat affilié à la CDTM, centrale syndicale créée et dirigée par l’actuel …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils