mercredi 20 octobre 2021
Accueil | Politique | 61EME ANNIVERSAIRE DU MALI À L’INDÉPENDANCE: Assimi rend compte de ce qui est fait ou qui reste à faire   

61EME ANNIVERSAIRE DU MALI À L’INDÉPENDANCE: Assimi rend compte de ce qui est fait ou qui reste à faire   

 

 

22 septembre1960-22 septembre 2021, le Mali a 61 ans d’indépendance, depuis hier mercredi. La commémoration de cet anniversaire a été l’occasion pour le président de la transition d’étaler tous les maux qui minent le chemin du Mali dans son progrès vers le développement. De la crise sécuritaire, à la crise politique à répétition en passant par la crise sociale et éducative ou encore économique, aucun sujet n’a été occulté. Dans son adresse à la nation malienne, le président Assimi Goïta s’est imposé le devoir de rendre compte aux Maliens de tous les efforts consentis par son équipe dans la résolution de ces problèmes.   

Selon le président de la transition, en faisant une analyse rigoureuse, le constat est certes préoccupant, mais cela ne doit nullement pousser les Maliens au désespoir qui n’est, en réalité, qu’un signe d’abandon.

À la suite du 18 août 2020, la Feuille de route et la Charte de la Transition
ont été validées par le peuple souverain, à travers des journées de concertation
nationale tenues les 10, 11, et 12 septembre 2020, avec comme objectif ultime de
favoriser le rétablissement de l’ordre institutionnel et amorcer le processus de
refondation de l’État.

La mise en place du Conseil National de Transition, suite à la désignation
d’un collège, à son tour, issu de la Charte, a permis de finaliser l’établissement
des organes clés de la Transition. Ce processus aboutira, le 25 septembre 2020, à
l’investiture du Président et du Vice-président de la Transition.
Cependant, les premiers acquis de la Transition, après 8 mois d’exercice,
avaient failli être compromis par une démarche impénitente qui violait l’équilibre
sur lequel reposaient les institutions de la Transition et compromettait dangereusement la cohésion au sein des forces armées.

C’est pourquoi, le 24 mai 2021, l’Armée a décidé, une fois de plus, de prendre ses responsabilités pour éviter le chaos à notre nation. D’où la rectification de la Transition, qui constitue une nouvelle dynamique orientée vers la résolution des problèmes réels du pays
au-delà de tout esprit corporatiste et d’exclusion.

 

 LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

6econgrès extraordinaire de l’ADEMA-PASJ: L’ombre de Seydou Coulibaly plane-t-elle dans les coulisses? 

    L’ADEMA-PASJ a difficilement accouché d’un nouveau bureau à la suite du congrès tenu …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils