samedi 15 décembre 2018
Accueil | Société | Scolarisation dans le cercle de Kéniéba : Les enfants à l’avant garde du combat

Scolarisation dans le cercle de Kéniéba : Les enfants à l’avant garde du combat

Au Mali, la Région de Kayes, connue pour ses richesses aurifères, voit ses salles de classe se vider au profit des sites d’orpaillage traditionnel. Un phénomène de déscolarisation en masses que bien de personnes interpellées, tel que les enfants et journalistes parlementaires du Mali y sont allés pour sensibiliser les autorités, les parents et leurs camarades sur les droits des enfants à l’éducation. 

Dans le cadre des activités de la douzième édition d’Oxyjeunes, les enfants parlementaires  et les Hommes des médias avec l’accompagnement de l’UNICEF sont à Kéniéba, dans la Région de Kayes, à plus de 300 km de Bamako, pour sensibiliser les populations locales sur le sens et l’importance de la scolarisation des enfants à moins de deux semaines de la rentrée des classes.

«Le message que nous sommes venus passer pendant ces cinq jours, c’est d’inviter les parents à amener leurs enfants à l’école parce que l’éducation est vraiment la base et tous les enfants y ont droit. Ils doivent avoir des connaissances intellectuelles, à voir des choses à apprendre et se construire un avenir meilleur », dit Assan dite Badiallo Sow, Vice-présidente du Parlement des enfants du Mali.

Avec pour thème: «Pour chaque enfant, une éducation de qualité», cette 12e édition a pour objectif de faire respecter le Droit des filles dans une Région où 42% de ceux-ci sont impliqués dans le travail des enfants et 49% de filles mariées avant l’âge de la majorité requise.

«Nous sommes dans la Région de Kéniéba qui, malgré ses richesses naturelles, présente des taux de déscolarisation très élevés. À Kéniéba, pour quatre filles inscrites à l’école, seulement une va terminer son cursus scolaire. Nous sommes aussi dans une Région avec un fort taux de mariage d’enfants et de travail d’enfants. Tous ces facteurs combinés font que les familles ici vivent dans la vulnérabilité et les enfants sont à un très fort risque d’abandon scolaire », selon Eliane Luthi, Chef de la Communication à UNICEF.

Les autorités locales saluent l’initiative et espèrent qu’elle va contribuer à changer les mentalités

«Qui connaît Kéniéba avec l’orpaillage, les enfants abandonnent l’école au profit de ces sites. Si on a une mission qui vient pour sensibiliser le retour des enfants sur les bancs de l’école, nous ne pouvons que nous en féliciter et encourager la mission. Surtout que ce sont des enfants qui font parler aux enfants » se réjouit El Hadj Demba Diawara, Représentant le Maire de Kéniéba.

Cheick Oumar Coulibaly, Chef de Cabinet du Ministre de la Jeunesse, a, au nom du Ministre empêché, salué la cité des enfants, l’UNICEF pour les efforts déployés depuis la première édition pour faire d’Oxyjeunes un tremplin pour la sensibilisation et la formation des jeunes. Le choix de Kéniéba pour porter le message de la scolarisation a été très apprécié par lui. Il espère que les efforts seront conjugués en vue de faire du retour des enfants à l’école une réalité à Kéniéba, à Kayes et dans tous le Mali où ils sont plus de 2 millions d’enfants qui ne vont pas à l’école.

Cette sensibilisation, en plus des ménages, va se poursuivre sur les sites d’orpaillages là où travaillent les enfants déscolarisés.

Mohamed Sangoulé DAGNOKO : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Pourtant accusé de pédophilie : Zié Sanogo acquitté par la Cour d’Assises

Né vers 1975 à Sikasso, fils de Mamadou et de Mariétou Sanogo, Technicien comptable, Zié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :