mercredi 20 septembre 2017
Accueil | Art & Culture | Salif Kéïta en 5 questions

Salif Kéïta en 5 questions

L’artiste du mandé s’est prêté aux questionnaires des journalistes, le Samedi 19 décembre dernier.
C’était à l’hôtel Moffou.

Pourquoi Salif n’est pas aussi actif sur les scènes maliennes ?
Salif Kéïta: Moi j’ai commencé la musique en 1969. Beaucoup d’entre vous n’étaient pas nés. J’ai donné aux Maliens. J’ai trop donné aux Maliens. Jusqu’à présent même si mon père était Président de ce pays, s’il ne travaille pas pour le Mali, je le laisse tomber.
Quelqu’un qui n’aime pas ce pays, je ne l’aime pas. Mon cœur reste avec les Maliens.
J’aime ce pays. Si je suis rare ici, c’est parce que j’ai compris que le dernier ministère c’est celui des arts et de la culture. Les Maliens dans sa politique n’aiment pas les artistes. Ils se servent des artistes et les laissent comme des peaux de banane. Et moi, je suis fier. Je me suis battu et j’ai fais Salif.

Je ne mettrais pas Salif à la portée des gens qui n’aiment pas le Mali. Je ne critique personne. J’ai essayé d’exister dans ce pays…ils y avaient des décideurs politiques qui m’ont fermé la porte. Je ne voulais pas quitter ce pays comme Youssou N’Dour est resté chez lui, au Sénégal. Mais, moi, on a tout fait pour que je dégage. Parce qu’ils n’ont pas pu m’avoir pour me mettre dans leurs poches.  Et, personne ne m’aura dans sa poche. Seul le Mali me mettra dans sa poche. Je serai là quand il y aura des politiciens qui veulent que je sois là.

Pourquoi avoir dédié à Alassane Dramane Ouattara un single et non à un Homme politique malien?
Moi quand je suis convaincu de la valeur de quelqu’un, je chante pour toi.
Je n’ai pas besoin de ton aval, de ta permission. Alassane c’est un travailleur. C’est un bosseur Alassane.
Il n’a fait que quatre ans de mandat, il a changé la Côte-d’Ivoire.

Tout ce qu’on avait raconté sur lui, il a laissé ça de côté pour servir la Côte-d’Ivoire. Et, tout le monde est témoin que ce Monsieur est un bosseur. Moi, je chante pour les bosseurs. Je ne chante pas pour les fatigants.  Je ne veux pas de détails. Ces gens dont tu vous parlez sont des amis. C’est mes Présidents. Je les respecte.
Je suis Malien, je les adore. Mais, cependant, moi, mes réactions sont personnelles quand je parle de quelqu’un dans mon cœur. Alassane, il est dans mon cœur.

Salif Kéïta et la politique, ça pourrait exister un jour?
On me verra, on me verra un jour parce que je n’ai pas capitulé; parce que j’ai ma place à l’Assemblée. J’aime ce pays. Ce pays souffre le plus.
Les gens viennent. Ils s’enrichissent, ils se cachent. Le Malien ne parle pas. Le Malien parle devant son couscous. Il parle devant ses enfants; mais, il ne sort pas pour faire une revendication par politesse. Le Malien souffre beaucoup et on n’est pas sorti de l’auberge. On a besoin même d’un miracle.

Où en est Salif avec le divorce de sa dernière femme Nafia Kéïta?
Bon, ça ce n’est pas des histoires à raconter parce que même chez vous il y en a. il y a des problèmes chez vous. Ma vie privée, peut-être, si j’en parle parce que je suis bavard. Mais, celle que j’ai quittée, je ne peux pas critiquer les femmes parce que sans elles nous ne serons pas là. Elle m’a fait deux enfants que j’adore et je prie Dieu qu’elle aille chez quelqu’un qui va la traiter comme une Reine. Elle le mérite.
J’ai beaucoup de respect pour elle. Ce qui s’est passé, c’est Dieu qui l’a voulu ainsi. Donc, quand Dieu veut, personne ne peut s’opposer à ça.

Vous avez désisté à un concert qui vous a mis en froid avec Africa Scène Diffusion. Racontez !

Je suis désolé. Je pense que ce problème a été suivi par tout le monde. Il y a eu des décès à la Mecque. Il y a eu des problèmes à la Mecque.
Le Gouvernement  a décrété quelques jours de deuil. Vous voulez que je désobéisse au Gouvernement? Non ! Ce n’est pas moi. Le Monsieur, j’ai compris qu’il a dépensé de l’argent et qu’il a payé des frais pour ça; mais ce n’est pas ma faute. C’est quelqu’un que j’aime ce Monsieur et je tiendrai toujours à travailler avec lui. Moi, je ne tiens pas compte de ce qu’il a dit dans les médias. Le linge sale se lave en famille.
Propos recueillis par Djibril Mamadou Coulibaly
LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Fatoumata Koné, Miss ORTM 2008 : Une femme d’affaires exemplaire

Fatoumata Koné, parce que c’est-elle qu’il s’agit, a été Miss ORTM 2008, Dauphine Miss Afrique …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *